fbpx

Transhumanistes : méga­los devant l’éternel

Chaque mois, un cher­cheur, une cher­cheuse, nous raconte sa thèse sans jar­gon­ner. Salomé Bour, doc­teure en phi­lo­so­phie, a consa­cré sa thèse aux trans­hu­ma­nistes1. Des hommes et des femmes persuadé·es que les tech­nos­ciences leur offri­ront une vie éter­nelle et sans souf­france.

vieEternelle A
© Placide Babillon pour Causette

Causette : À quoi res­sem­ble­rait une socié­té trans­hu­ma­niste ?
Salomé Bour :
Dans sa Lettre d’utopie, le phi­lo­sophe Nick Bostrom décrit le futur de l’humanité si le pro­jet trans­hu­ma­niste venait à se concré­ti­ser. Il ima­gine des êtres qui auraient accom­pli trois trans­for­ma­tions. D’abord, ils ne seraient plus à la mer­ci de la mort et des mala­dies, et vivraient indé­fi­ni­ment. Ils ne subi­raient plus, non plus, la domi­na­tion des ins­tincts ou des réac­tions « pri­maires » et néga­tives : ils auraient réus­si à ampli­fier leurs émo­tions et à aug­men­ter leur intel­li­gence. Enfin, ils ne souf­fri­raient plus. Ils se seraient éle­vés à un état de bien-​être abso­lu qui dépasse l’imagination. Les trans­hu­ma­nistes voient l’existence comme la pos­si­bi­li­té infi­nie[…]

  1. Essai sur ce sujet à paraître aux édi­tions Otrante en 2021. Otrante.fr[]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés