SOPK : le syndrome des ovaires polykystiques qui met le cycle KO

Mal connu, le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) touche pourtant 10 % des femmes. Principale cause d’infertilité, il est également source de nombreuses pathologies.

Marie Boiseau pour Causette
© Marie Boiseau pour Causette

Attention aux appellations mensongères : point de kyste à l’horizon dans le syndrome des ovaires polykystiques. Ce qu’on prit jadis pour des kystes sont en fait des follicules non développés autour de l’ovaire. Sachons-​le, le « SOPK » est aussi appelé syndrome de Stein-​Leventhal, d’après les patronymes de deux médecins qui l’ont découvert en 1935. Moins trompeur. Mais c’est l’acronyme un peu fourbe qui est resté.

Ce trouble métabolique entraîne un déséquilibre hormonal : dans l’ovaire, la croissance des follicules est altérée et la production d’ovules perturbée. Et lorsque les ovaires sont défaillants, « l’hormone mâle, la testostérone, est sécrétée sans être compensée et produit des effets secondaires d’hyper­androgénie [masculinisants, ndlr] », détaille la docteure Nasrine Callet, gynécologue à l’Institut Curie, à Paris. 

Ascenseur émotionnel

Ce fonctionnement anormal a de sérieuses conséquences : règles irrégulières (et donc difficulté à concevoir pour celles qui le souhaitent), hirsutisme (pilosité développée), alopécie (perte de cheveux), acné, obésité… « Quand[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

 

identifiez-vous pour lire le contenu

Ou

Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois

Partager
Articles liés
110 poitrine marie boiseau pour causette

Seins : chérissons-​les !

l existe pourtant autant de poitrines que de visages. Ces poitrines, il est plus que temps de les libérer des normes qui les corsètent, affirme la philosophe Camille Froidevaux-Metterie.

114 cathy yerle mitikafe

Les liens du sang

Rien ne va plus depuis que Lili a réalisé qu'elle avait pris du poids pendant le confinement. En plus, elle accueille ses premières règles.

Découvrer notre calendrier de l'avent quichesque