fbpx

Rapports dou­lou­reux : soigne ta chatte

Certaines femmes souffrent pen­dant les rap­ports sexuels. Plus fré­quents qu’on ne le pense, ces troubles sont sou­vent mal diag­nos­ti­qués et les solu­tions pour y remé­dier mal connues. Pourtant, il n’y a pas de fata­li­té. Faites pas­ser le message ! 

Causette102
© Marie Boiseau pour Causette

« J’ai consul­té cinq gyné­co­logues, un uro­logue, une psy­cho­logue, un homéo­pathe, un ostéo­pathe. J’ai même essayé la méde­cine chi­noise, en vain », confie Caroline, 27 ans. Trouver le bon ou la bonne soi­gnante, quand on souffre de dys­pa­reu­nie – le fait d’avoir mal pen­dant les rap­ports sexuels –, est le pre­mier défi auquel se confrontent les femmes concer­nées. Pour Caroline, il a fal­lu plu­sieurs années avant de consul­ter une kiné­si­thé­ra­peute spé­cia­li­sée qui a pu l’aider : « J’ai com­men­cé à avoir des dou­leurs à 18 ans, après une mycose mal soi­gnée. Les soi­gnants n’avaient aucune solu­tion. L’un d’eux m’a même conseillé de boire un verre de whis­ky avant de faire l’amour pour me détendre. Après plu­sieurs années, j’ai consul­té une gyné­co­logue spé­cia­li­sée dans ces dou­leurs. Elle m’a deman­dé si j’avais fait de la danse clas­sique ou de la gym. C’était le[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
capture decran 2020 07 15 a 11.42.18

Fausses couches, vrais silences

Elles concernent une femme sur quatre, et font donc partie intégrante de la vie procréative. Pourtant, cette interruption involontaire de grossesse est encore très souvent vécue comme un échec placé sous le sceau du secret.