fbpx

« Plus de gens devraient être gros » : petite his­toire du mou­ve­ment body posi­tive aux Etats-Unis

Il n’y aurait pas de body posi­tive sans les Fat Acceptance Activists, premier·ères à défendre les per­sonnes grosses dans les années 1960, et sans l’engagement des per­sonnes raci­sées, en situa­tion de han­di­cap et queer. Retour sur les racines, par­fois oubliées, du mouvement.

22096072 523380178009147 5204496731518296837 o

Il y a ce que dit Wikipédia et il y a ce que dit l’Histoire. D’après l’encyclopédie en ligne, le Body Positive est né en 1996 de l’initiative de deux Américaines : l’autrice Connie Sobczak et la psy­cho­logue Elizabeth Scott, « à la suite de la mort de la sœur de Connie, qui a déve­lop­pé des troubles de l’alimentation durant son ado­les­cence ». C’est vrai, si l’on parle de l’organisation Body Positive (avec majus­cules). Un ins­ti­tut qui pro­meut la décons­truc­tion des normes phy­siques domi­nantes et pro­pose des cours (moyen­nant 99 à 450 dol­lars) pour s’accepter. Mais si l’on se penche sur le mou­ve­ment body posi­tive (sans majus­cules), alors, ses ori­gines sont tout autre. Historien·nes et socio­logues s’accordent : il faut remon­ter au Fat Acceptance Movement. Et donc, au New York de la fin des années 1960.

Tigress Osborn est pré­si­dente de la plus impor­tante asso­cia­tion amé­ri­caine (et mon­diale) de défense des per­sonnes grosses : la National Association to Advance Fat Acceptance (Naafa). Elle retrace : « La lutte a débu­té grâce à trois faits majeurs. D’abord, le “Fat-​in”, à Central Park, orga­ni­sé en 1967 par un DJ radio nom­mé Steve Post. »[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
juliette diot @juliettediott

La pelade, un tabou dif­fi­cile à surmonter

L'alopécie en plaques, ou pelade est une maladie auto-immune qui provoque la chute de cheveux. Spectaculaire mais bénigne, le regard de la société en fait pourtant une épreuve pour celles qui en sont atteintes.

Causette bandelettes CMJN

Fuites uri­naires : gare aux bandelettes

Les bandelettes sous-urétrales font partie des traitements de référencepour lutter contre l’incontinence urinaire d’effort chez les femmes. Pourtant, ces dispositifs peuvent entraîner de graves complications et ne sont pas conçus pour être retirés.