fbpx

Pilule : le sevrage pro­gres­sif fait débat

Arrêter la pilule en rédui­sant les prises, de plus en plus de femmes essaient cette méthode dite de « sevrage pro­gres­sif ». Ahurissante, selon certain·es gyné­co­logues, la tech­nique met en lumière les divi­sions d’une pro­fes­sion qui peine encore à écou­ter ses patientes.

116 pilule sevrage marie boiseau pour causette
© Marie Boiseau pour Causette

Elles se passent la méthode sous le man­teau, loin des radars des méde­cins, sur des forums Internet d’entraide gyné­co­lo­gique. Sur des groupes Facebook comme Dearlobbies/​Arrêt de la pilule ou des comptes Instagram tels que @_mavieaprès, les femmes dis­cutent de plus en plus du « sevrage pro­gres­sif ». Une méthode « arti­sa­nale » pour lâcher la contra­cep­tion hor­mo­nale. Le prin­cipe : arrê­ter la pilule non pas d’un coup, mais en espa­çant ou en rédui­sant les prises. Option A, il s’agit de prendre sa pilule trois jours sur quatre pen­dant quelques semaines, puis deux jours sur trois et ain­si de suite jusqu’à l’arrêt com­plet. Option B, l’idée est de cou­per ses com­pri­més de pilule (au cut­ter ou au coupe-​médicament !) pour dimi­nuer les doses d’hormones ingé­rées : pas­ser d’un com­pri­mé à trois quarts, puis réduire de quart en quart au fil des semaines.

insta offre etudiante
Lutter contre l’“effet rebond”

Les témoi­gnages sont tou­jours des variantes d’une même his­toire. Comme celle d’Esther, 24 ans : « Beaucoup de femmes disaient souf­frir d’acné ou de dépres­sion après avoir arrê­té la pilule… alors j’ai eu peur. Ça m’a ras­su­rée d’y aller peu à peu pour mini­mi­ser les consé­quences. » L’ennemi numé­ro un qu’entend com­battre le[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
capture decran 2022 05 13 a 19.56.07

La folle his­toire des faux lolos

Des opérations de reconstruction au business des poitrines XXL, du libre choix des femmes de modeler leur corps aux normes porno intériorisées… Objet de désir et de répulsion, l’implant mammaire reflète notre ambiguité vis-à-vis des seins.