fbpx

Ménopause pré­coce : Y a pas de règles

La méno­pause n’est pas sou­vent accueillie avec allé­gresse. Alors, quand elle tombe bien plus tôt que pré­vu, c’est car­ré­ment violent. Le tra­vail d’acceptation est, dans ces condi­tions, d’autant plus nécessaire. 

menop sociale2 a
© Camille Besse

« Vieille avant l’heure. » Voilà com­ment Virginie, 41 ans aujourd’hui, s’est consi­dé­rée à 38 ans quand elle a fait le lien entre ses règles de plus en plus espa­cées, ses bouf­fées de cha­leur noc­turnes et la péri­mé­no­pause* qu’elle tra­ver­sait. Mêmes symp­tômes, mêmes effets qu’une méno­pause clas­sique, située entre 45 et 55 ans. Mais la méno­pause pré­coce, qui touche 10 % des femmes avant 45 ans et 1 % avant 40 ans, pro­voque chez les femmes qui en sont atteintes un sen­ti­ment ver­ti­gi­neux de mal­chance et de fatalité. 

Pour Caroline, 38 ans, « l’apprendre a été d’une grande vio­lence ». Elle a décou­vert son état[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
juliette diot @juliettediott

La pelade, un tabou dif­fi­cile à surmonter

L'alopécie en plaques, ou pelade est une maladie auto-immune qui provoque la chute de cheveux. Spectaculaire mais bénigne, le regard de la société en fait pourtant une épreuve pour celles qui en sont atteintes.

capture decran 2022 05 13 a 19.56.07

La folle his­toire des faux lolos

Des opérations de reconstruction au business des poitrines XXL, du libre choix des femmes de modeler leur corps aux normes porno intériorisées… Objet de désir et de répulsion, l’implant mammaire reflète notre ambiguité vis-à-vis des seins.