fbpx

La pelade, un tabou dif­fi­cile à surmonter

L’alopécie en plaques, qu’on appelle aus­si pelade, désigne une affec­tion der­ma­to­lo­gique du cuir che­ve­lu qui pro­voque la chute de che­veux. Spectaculaire, mais bénigne, la pelade, à ne pas confondre avec la cal­vi­tie, touche de façon uni­ver­selle 2,1 % de la popu­la­tion fran­çaise. Pourtant, le regard de la socié­té en fait une épreuve pour celles qui en sont atteintes.

juliette diot @juliettediott
© Juliette Diot pour @hellopecia

« Une femme, ça a des che­veux, pas un truc qui ne res­semble à rien avec des trous par­tout. » Ce constat lapi­daire vient d’un témoi­gnage reçu dans la boîte mail de Causette. Estelle, 30 ans, y raconte son expé­rience de la pelade et les regards appuyés qu’elle subit à cause de son crâne dégar­ni. Si des voix fémi­nistes cherchent à décons­truire les injonc­tions au corps fémi­nin par­fait, pas­sant au crible les dik­tats sur le gras, la cel­lu­lite, les poils…, la chute de che­veux est encore lais­sée en dehors de la dis­cus­sion. Et dans un monde où ils repré­sentent jeu­nesse, vita­li­té et séduc­tion, en perdre plus que la moyenne est encore syno­nyme de tabou. L’alopécie en plaques, com­mu­né­ment appe­lée pelade, n’est ni une mala­die psy­cho­so­ma­tique ni une mala­die grave d’un point de vue médi­cal. Pourtant, en affec­tant les fol­li­cules pileux, là où naissent les che­veux, cette patho­lo­gie auto-​immune, qui se mani­feste par l’apparition d’une ou plu­sieurs plaques ovales de peau sur le crâne, bou­le­verse la vie de 2,1 % de la population.

La pelade touche de manière égale femmes, hommes, adultes et enfants. « Certain·es auront des épi­sodes de pelade plus ou moins longs, plus ou moins impor­tants, indique le doc­teur Philippe Assouly, der­ma­to­logue spé­cia­liste du cuir che­ve­lu au centre Sabouraud de l’hôpital Saint-​Louis, à Paris. Parfois, la pelade concerne le cuir che­ve­lu inté­gra­le­ment ou se limite à cer­taines zones. » Si dans la grande majo­ri­té des cas, les che­veux finissent par repous­ser, il existe un risque de réci­dive variable d’une per­sonne à une autre. « 60 % des pelades qui touchent moins de 40 % du cuir che­ve­lu repoussent en moins de six mois, déve­loppe le der­ma­to­logue, mais plus le pre­mier épi­sode sur­vient tôt dans l’enfance, plus il y a un risque impor­tant que la perte de che­veux se répète. »

Le regard des autres

Estelle, elle, ren­contre la pelade pour la pre­mière fois à l’âge de l’insouciance estu­dian­tine. À[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
capture decran 2020 07 15 a 11.42.18

Fausses couches, vrais silences

Elles concernent une femme sur quatre, et font donc partie intégrante de la vie procréative. Pourtant, cette interruption involontaire de grossesse est encore très souvent vécue comme un échec placé sous le sceau du secret.

HD Alexia Cassar 1 A

Alexia Cassar : téton, tat­too, thérapie

Le tatouage, elle l’envisage comme une thé­ra­pie. La sienne, d’abord, mais aus­si celle des autres. À 40 ans, Alexia Cassar, jusque-​là habi­tuée des ser­vices d’oncologie, a opé­ré une recon­ver­sion pro­fes­sion­nelle. Pionnière en France, la...