Publicité

Herpès : éruption silencieuse

En France, le virus de l’herpès concerne deux personnes sur trois. Incurable, stigmatisant, tu, car honteux, il fait l’objet de nombreuses recherches pour trouver un vaccin. Sans succès pour l’instant.

IMG  0502
© Marie Boiseau pour Causette

« Je ne te fais pas la bise, j’ai une poussée d’herpès. » À chacun·e de ses collègues qui entre, Célia répète ses excuses. Une à deux fois par an, elle subit une poussée et doit prendre le maximum de précautions pour ne pas contaminer son entourage. « Je n’embrasse pas mon compagnon, je n’utilise pas la serviette ou le verre d’un·e autre, je n’approche pas les bébés. » (Voir encadré page ci-​contre.) Elle-​même a attrapé le virus par sa mère. Depuis ses 15 ans, elle y a droit à chaque période de fatigue, stress ou règles. À 38 ans, elle a tout essayé pour endiguer son herpès : « Avec l’huile essentielle de ravintsara, j’ai cru que je tenais le remède miracle. Ça a marché un temps… Mais, c’est un virus malin, l’herpès, il s’adapte aux traitements. » Tellement malin qu’il n’existe pas, à ce jour, de traitement capable d’éradiquer le virus. « Nous avons seulement des médicaments antiviraux qui permettent[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

 

identifiez-vous pour lire le contenu

Ou

Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois

Partager
Articles liés
capture decran 2020 07 15 a 11.42.18

Fausses couches, vrais silences

Elles concernent une femme sur quatre, et font donc partie intégrante de la vie procréative. Pourtant, cette interruption involontaire de grossesse est encore très souvent vécue comme un échec placé sous le sceau du secret.