fbpx
allongee
© Camille Besse

Excision : le plai­sir mal­gré la blessure

Comment prendre du plai­sir quand on a été muti­lée ? Est-​il même pos­sible d’en éprou­ver ? Quelle est la sexua­li­té des femmes exci­sées ? Nous sommes allées à leur rencontre.

Opérée il y a trois semaines, Kadiatou * est impa­tiente de cica­tri­ser pour faire connais­sance avec son nou­veau sexe et accé­der (peut-​être) à l’orgasme, sésame qu’elle a long­temps fan­tas­mé. À 28 ans, elle a déci­dé de se faire « répa­rer » à l’Institut en san­té géné­sique, diri­gé par le Dr Pierre Foldes, pion­nier en la matière, qui a inven­té une tech­nique de répa­ra­tion chi­rur­gi­cale pour les femmes exci­sées. Du plai­sir, la jeune femme dit en éprou­ver avec un par­te­naire qu’elle aime pro­fon­dé­ment, « mais c’est pas non plus l’extase », confie‑t‑elle avec pudeur. Avant lui, ce n’était pas pareil, il y avait ce com­plexe qui la gênait. « À chaque ren­contre intime avec un homme, j’étais morte de trouille qu’on me pose la ques­tion. J’avais peur de m’entendre dire : “Ah, tu es exci­sée ?” explique Kadiatou. Quand c’était le cas, je le pre­nais comme si j’étais un monstre, comme un coup de poi­gnard dans le dos. » Jusqu’au jour où elle ren­contre Sébastien, son par­te­naire actuel. « Il n’avait rien remar­qué au début. C’est moi qui lui en ai par­lé. Il était[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
capture decran 2020 07 15 a 11.42.18

Fausses couches, vrais silences

Elles concernent une femme sur quatre, et font donc partie intégrante de la vie procréative. Pourtant, cette interruption involontaire de grossesse est encore très souvent vécue comme un échec placé sous le sceau du secret.