29wtozsx0is
© Curology

Est-​on plus tolérant·es avec l’hygiène douteuse des mecs ?

Au quotidien, les hommes et les femmes n’ont pas les mêmes pratiques d’hygiène corporelle, du lavage des mains après être allé·es aux toilettes au changement de sous-​vêtements tous les jours. Des gestes qui pourraient pourtant sembler fondamentaux.

À l’annonce du premier confinement, en mars 2020, Mona* saute le pas. Cette jeune femme de 27 ans quitte son appartement pour s’installer temporairement chez son copain. Ils et elles découvrent alors les joies et les peines de la vie de couple. Très vite, une première discussion s’impose. En cause, le rouleau de papier toilette qui se termine beaucoup plus vite depuis que la jeune femme habite avec lui. Mona, étonnée, a l’impression qu’il lui reproche d’avoir « une consommation excessive » de PQ. 

« Je lui dis que c’est normal, que je m’essuie à chaque fois que je vais aux toilettes. Et là, je découvre que lui ne s’essuie que pour la grosse commission. Maintenant, à chaque fois qu’on a un rapport sexuel, je me demande s’il s’est essuyé avant. Je pense que ça joue même quand je lui fais une fellation : j’ai plutôt tendance à lui en faire une quand il sort de la douche », raconte-​t-​elle, mi-​amusée, mi-​choquée. 

Chez soi avec sa famille, en soirée avec ses ami·es ou autour de la machine à café avec ses collègues, il suffit d’aborder le sujet de l’hygiène corporelle pour se rendre compte qu’hommes et femmes n’adoptent pas toujours les mêmes gestes. 

“Un motif d’engueulade permanent”

« De ce que j’ai pu vivre et de ce que j’entends de mes amies femmes hétéros en couple avec des hommes, l’hygiène des mecs est un motif d’engueulade permanent, confirme Lucie*, 33 ans. Dans mon entourage, les gens qui ne se lavent pas tous les jours sont toujours des hommes.[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

 

identifiez-vous pour lire le contenu

Ou

Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois

Partager
Articles liés
113 acne marie boiseau pour causette

Acné adulte : la peausitive attitude

Pendant leur vingtaine, six femmes sur dix souffrent de cette affection de la peau. Alors, sur les réseaux sociaux s’est formée la communauté « skin positive », pour la dédramatiser et s’entraider.