Des gynécos refusent toujours le stérilet aux nullipares

Depuis vingt ans, les autorités scientifiques nationales et internationales assurent que le stérilet n’est pas dangereux pour les nullipares. Pourtant, en France, nombre de gynécos résistent encore. Pourquoi ça bloque ?

Illustration sans titre A 3
© Illustration Marie Boiseau
pour Causette

« Mon gynéco m’a dit que j’étais beaucoup trop jeune pour un stérilet et que si je n’étais pas contente, je n’avais qu’à pas coucher. » Samantha a demandé à se faire poser un dispositif intra-​utérin (DIU) à 17 ans, en 2017. Après un refus catégorique, aucune explication ne lui a été donnée et elle a quitté le cabinet, impuissante.

Depuis vingt ans, « les organismes internationaux présentent le DIU comme une méthode sûre », rappelle le Dr Martin Winckler, médecin généraliste spécialisé dans la contraception et militant féministe. Et depuis les années 2000, la Haute Autorité de santé (HAS) affirme qu’il n’existe aucune contre-​indication à l’utilisation d’un DIU chez une nullipare (une femme n’ayant jamais eu d’enfant). Des stérilets plus petits ont d’ailleurs été commercialisés à cet effet. Mais rien n’y fait. Lors de la 38e édition des Journées nationales, en 2014, le Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF, l’organisme de[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

Partager
Articles liés
110 poitrine marie boiseau pour causette

Seins : chérissons-​les !

l existe pourtant autant de poitrines que de visages. Ces poitrines, il est plus que temps de les libérer des normes qui les corsètent, affirme la philosophe Camille Froidevaux-Metterie.

114 cathy yerle mitikafe

Les liens du sang

Rien ne va plus depuis que Lili a réalisé qu'elle avait pris du poids pendant le confinement. En plus, elle accueille ses premières règles.