Des gynécos refusent toujours le stérilet aux nullipares

Depuis vingt ans, les autorités scientifiques nationales et internationales assurent que le stérilet n’est pas dangereux pour les nullipares. Pourtant, en France, nombre de gynécos résistent encore. Pourquoi ça bloque ?

Illustration sans titre A 3
© Illustration Marie Boiseau
pour Causette

« Mon gynéco m’a dit que j’étais beaucoup trop jeune pour un stérilet et que si je n’étais pas contente, je n’avais qu’à pas coucher. » Samantha a demandé à se faire poser un dispositif intra-​utérin (DIU) à 17 ans, en 2017. Après un refus catégorique, aucune explication ne lui a été donnée et elle a quitté le cabinet, impuissante.

Depuis vingt ans, « les organismes internationaux présentent le DIU comme une méthode sûre », rappelle le Dr Martin Winckler, médecin généraliste spécialisé dans la contraception et militant féministe. Et depuis les années 2000, la Haute Autorité de santé (HAS) affirme qu’il n’existe aucune contre-​indication à l’utilisation d’un DIU chez une nullipare (une femme n’ayant jamais eu d’enfant). Des stérilets plus petits ont d’ailleurs été commercialisés à cet effet. Mais rien n’y fait. Lors de la 38e édition des Journées nationales, en 2014, le Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF, l’organisme de[…]

La suite est réservée aux abonné.es.

identifiez-vous pour lire le contenu

Partager
Articles liés
IMG  0502

Herpès : éruption silencieuse

En France, le virus de l’herpès concerne deux personnes sur trois. Incurable, stigmatisant, tu, car honteux, il fait l’objet de nombreuses recherches pour trouver un vaccin. Sans succès pour l’instant.

juliette diot @juliettediott

La pelade, un tabou difficile à surmonter

L'alopécie en plaques, ou pelade est une maladie auto-immune qui provoque la chute de cheveux. Spectaculaire mais bénigne, le regard de la société en fait pourtant une épreuve pour celles qui en sont atteintes.