Dans les couples hétéros, le stéréotype de l’homme plus grand a la vie dure

Un compagnon de 1,80 m maqué à une petite fée fragile de 1,60 m. Le cliché a la vie dure dans les représentations du couple hétéro. Et d’après des études, ce sont les femmes qui tiennent le plus à cet écart de taille.  

IMG 0573 1
© Marie Boiseau pour Causette

Un Nicolas Sarkozy tout sourire en Une de Paris Match début juillet, posant dans son jardin avec Carla Bruni blottie contre son épaule. Là, juste en dessous. Le visage pas plus haut que l’oreille de son mari. Sauf que… « Carla Bruni : 1,75 m. Nicolas Sarkozy : 1,66 m », tacle un internaute sur Twitter. C’est que monsieur était juché « sur une marche plus haute que son épouse », se défend l’hebdomadaire le lendemain. Mouais. Ce type de magouilles ne datent pas d’hier. Sur les timbres de l’époque de Charles et Lady Di, par exemple, une tête de différence au profit du prince, alors que Diana mesurait la même taille que lui. Et accrochez-​vous pour trouver un cliché officiel où les époux sont à égalité. 

Malheureusement, cette représentation stéréotypée selon laquelle un homme doit nécessairement être plus grand que la femme qu’il fréquente a la peau dure. Hélène, blondinette normande de 25 ans et 1,72 m, est heureuse en couple. Mais à cause de ses 4 centimètres de plus que Romain 1, son copain, elle aussi truque un peu ses[…]

La suite est réservée aux abonné.es.

identifiez-vous pour lire le contenu

Partager
Articles liés
109 femme operation de stérilisation © Marie Boiseau pour Causette

Contraception : stérilise-​toi… Si tu peux !

La stérilisation est la méthode contraceptive la plus utilisée au monde. Bien qu'elle soit autorisée en France, les femmes qui l’envisagent se heurtent pourtant aux jugements des médecins et à des refus mal justifiés.

capture decran 2020 07 15 a 11.42.18

Fausses couches, vrais silences

Elles concernent une femme sur quatre, et font donc partie intégrante de la vie procréative. Pourtant, cette interruption involontaire de grossesse est encore très souvent vécue comme un échec placé sous le sceau du secret.