fbpx
man in blue shirt sitting on boat during daytime
©Tim Foster

Canicule : les fortes cha­leurs sont plus dan­ge­reuses pour les femmes

Deux études scien­ti­fiques montrent que les femmes – sur­tout au-​dessus de 65 ans – ont davan­tage de risques de mou­rir pen­dant les périodes de cani­cule que les hommes.

Alors que des vagues de cha­leur sans pré­cé­dent se mul­ti­plient en Europe, révé­la­trice du réchauf­fe­ment de la pla­nète, la ques­tion du genre se pose éga­le­ment dans ce contexte d’urgence cli­ma­tique. S’il est bien iden­ti­fié que les per­sonnes de plus de 65 ans sont les plus sujettes à la mor­ta­li­té lors d’épisodes cani­cu­laires, d’après deux études scien­ti­fiques, les femmes seraient davan­tage vul­né­rables que les hommes face aux tem­pé­ra­tures élevées.

Une inéga­li­té de genre rele­vée pre­miè­re­ment par une étude néer­lan­daise publiée en 2018 et récem­ment mise en avant par l’Agence bri­tan­nique sani­taire dont le pays subit actuel­le­ment un record de cha­leur his­to­rique (plus de 40°C enre­gis­trés). L’étude a pris en compte les chiffres de mor­ta­li­té après une soixan­taine d’épisodes de cha­leur entre 2000 et 2016, notam­ment la cani­cule meur­trière qui a tou­ché la France en 2003 et a fait envi­ron 15 000 mort·es. Les résul­tats démontrent que « les risques sani­taires sont plus grands pour les femmes que pour les hommes », rap­porte le Guardian lun­di 18[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
sceri4r9jew

Précarité mens­truelle : ça bouge enfin !

Le gouvernement promet le déblocage de 4 millions d’euros supplémentaires en 2021 pour s’attaquer à un problème qui concerne près de 2 millions de femmes. Une avancée notable pour les associations mobilisées sur le terrain depuis des années.