fbpx

Blues post-​coïtal

Sentiments de tris­tesse, larmes, baisse sou­daine d’énergie, angoisses intenses, boule au ventre. Après un rap­port sexuel, certain·es éprouvent des sen­sa­tions et des émo­tions néga­tives. Cette expé­rience a un nom : la dys­pho­rie post-​coïtale ou blues post-coïtal.

119  triste coit  marie boiseau pour causette
© Marie Boiseau pour Causette

« Après un rap­port intense que j’ai vrai­ment ado­ré, j’ai l’impression que mon corps a reçu énor­mé­ment d’hormones. C’est comme si je man­quais d’un coup de quelque chose. Je me recro­que­ville en posi­tion fœtale, je sens que mon corps n’est pas bien, je pleure, je peux avoir des dou­leurs dans la poi­trine, par­fois même des angoisses. » Ana, 22 ans et ori­gi­naire de la Réunion, souffre de la dys­pho­rie post-​coïtale (DPC) depuis ses 16 ans et le début de sa vie sexuelle. En couple, mais aus­si avec des « plans cul ». Même si avec ces der­niers, le blues est moins impor­tant. « C’est plus sexuel et moins intense psy­cho­lo­gi­que­ment », précise-​t-​elle. Ces sen­sa­tions, elle les vit entre dix et trente minutes après le rap­port : « Ça ­s’atténue au fur et à mesure, puis ça disparaît. » 

Un phé­mo­nène peu[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
IMG  0502

Herpès : érup­tion silencieuse

En France, le virus de l’herpès concerne deux personnes sur trois. Incurable, stigmatisant, tu, car honteux, il fait l’objet de nombreuses recherches pour trouver un vaccin. Sans succès pour l’instant.