fbpx

Au lycée Gutenberg de Créteil, un dis­tri­bu­teur gra­tuit de pro­tec­tions hygié­niques bio

Dans une tren­taine de lycées d’Île-de-France, la Région a ins­tal­lé des dis­tri­bu­teurs de pro­tec­tions pério­diques bio. Une ini­tia­tive qui change un peu les règles du jeu, pour les filles comme pour les gar­çons.

thumbnail Resized 20201218 152443 7986
Le dis­tri­bu­teur Changeons les règles ins­tal­lé au lycée Gutenberg de Créteil © DR

La boîte métal­lique d’un beau bleu de Sèvres ne dépare pas dans le cou­loir du lycée Gutenberg de Créteil (Val-​de-​Marne). Au contraire, elle répond au rouge pétant de l’extincteur situé non loin de là. « Après tout, dans un cas comme dans l’autre, il s’agit de maté­riel d’urgence », dir en sou­riant Ouria Moisy, l’infirmière de l’établissement. Et pour cause : le fameux dis­tri­bu­teur bleu affi­chant le hash­tag #ChangeonsLesRègles, du nom de l’initiative de la Région Île-​de-​France pour lut­ter contre la pré­ca­ri­té mens­truelle, contient des ser­viettes hygié­niques et des tam­pons bio, de la marque finis­té­rienne Marguerite et Compagnie, mis·es gra­tui­te­ment à la dis­po­si­tion des élèves depuis la ren­trée. Le lycée, comme trente et un autres, fait par­tie du pro­jet expé­ri­men­tal #ChangeonsLesRègles mené depuis la ren­trée de sep­tembre.

Lire aus­si l Précarité mens­truelle : ça bouge enfin !

Le lycée Gutenberg n’a sans[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
119  triste coit  marie boiseau pour causette

Blues post-​coïtal

Sentiments de tristesse, larmes, baisse soudaine d’énergie, angoisses intenses, boule au ventre. Après un rapport sexuel, certain·es éprouvent des sensations et des émotions négatives. Cette expérience a un nom : la dysphorie post-coïtale ou blues...