fbpx

Au lycée Gutenberg de Créteil, un dis­tri­bu­teur gra­tuit de pro­tec­tions hygié­niques bio

Dans une tren­taine de lycées d’Île-de-France, la Région a ins­tal­lé des dis­tri­bu­teurs de pro­tec­tions pério­diques bio. Une ini­tia­tive qui change un peu les règles du jeu, pour les filles comme pour les gar­çons.

thumbnail Resized 20201218 152443 7986
Le dis­tri­bu­teur Changeons les règles ins­tal­lé au lycée Gutenberg de Créteil © DR

La boîte métal­lique d’un beau bleu de Sèvres ne dépare pas dans le cou­loir du lycée Gutenberg de Créteil (Val-​de-​Marne). Au contraire, elle répond au rouge pétant de l’extincteur situé non loin de là. « Après tout, dans un cas comme dans l’autre, il s’agit de maté­riel d’urgence », dir en sou­riant Ouria Moisy, l’infirmière de l’établissement. Et pour cause : le fameux dis­tri­bu­teur bleu affi­chant le hash­tag #ChangeonsLesRègles, du nom de l’initiative de la Région Île-​de-​France pour lut­ter contre la pré­ca­ri­té mens­truelle, contient des ser­viettes hygié­niques et des tam­pons bio, de la marque finis­té­rienne Marguerite et Compagnie, mis·es gra­tui­te­ment à la dis­po­si­tion des élèves depuis la ren­trée. Le lycée, comme trente et un autres, fait par­tie du pro­jet expé­ri­men­tal #ChangeonsLesRègles mené depuis la ren­trée de sep­tembre.

Lire aus­si l Précarité mens­truelle : ça bouge enfin !

Le lycée Gutenberg n’a sans[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
capture decran 2020 07 15 a 11.42.18

Fausses couches, vrais silences

Elles concernent une femme sur quatre, et font donc partie intégrante de la vie procréative. Pourtant, cette interruption involontaire de grossesse est encore très souvent vécue comme un échec placé sous le sceau du secret.