fbpx

Psychothérapie : y a pas de mâle à se faire du bien

S’allonger sur le divan : une idée qui effraie encore les hommes, qui ne repré­sentent qu’un tiers des patient·es. Pourtant, tout le monde serait gagnant à tra­vailler sur soi. Une bonne piste pour en finir avec la charge émo­tion­nelle des femmes, par exemple ?

mann fooling around with picture
© Plainpicture

En France, on compte 70 % de femmes par­mi les per­sonnes qui consultent des psy­chiatres, psy­cho­logues ou psy­cha­na­lystes, selon une étude de l’Insee. Aux États-​Unis, la ten­dance est simi­laire, les Américaines étant deux fois plus nom­breuses que leurs com­pa­triotes mas­cu­lins à pous­ser la porte d’un ou d’une spé­cia­liste. Si cer­tains ne se pri­ve­raient sans doute pas d’affirmer que c’est parce que les femmes sont plus fra­giles, la réa­li­té est bien dif­fé­rente : les hommes sont tout sim­ple­ment moins nom­breux à entre­prendre une thé­ra­pie, alors qu’ils en auraient au moins autant besoin. « Cela vient peut-​être de l’éducation clas­sique occi­den­tale héri­tée des siècles pas­sés, ana­lyse Laure Farret, psy­cho­thé­ra­peute pari­sienne. Les hommes ne doivent pas pleu­rer, ne pas être ‑atten­dris, ne pas être trop sen­sibles aux émo­tions, tout cela étant du res­sort des femmes. » De fait, si les femmes sont géné­ra­le­ment plus enclines à par­ta­ger leurs émo­tions et leurs états d’âme, les hommes pré­fèrent inté­rio­ri­ser, quitte à ris­quer l’implo-sion. « Aujourd’hui encore, pour­suit Laure Farret, ils ont ten­dance à abor­der prin­ci­pa­le­ment des sujets liés à une cer­taine forme d’action : leur tra­vail, leurs vacances, leurs centres d’intérêt. »

Un sujet de plaisanterie

Victor, 32 ans, confirme : « Plusieurs copines consultent depuis des années, mais je crois être le seul mec de ma bande à avoir démar­ré une thé­ra­pie. Pour mes potes, c’est même régu­liè­re­ment un sujet de plai­san­te­rie. Ils m’appellent Victor-​le-​sensible, comme si c’était un défaut… » Mais chaque blague four­nit à cet ingé­nieur roche­lais une nou­velle occa­sion de faire du pro­sé­ly­tisme auprès de ses amis : « Quand je les encou­rage à com­men­cer une ana­lyse, je récolte sur­tout de la gêne. Certains changent de sujet, d’autres m’expliquent qu’ils n’en ont pas besoin. Alors que, en réa­li­té, je ne connais pas une per­sonne à qui ça ne ferait pas de bien. »

« Les hommes ont sou­vent en tête l’idée qu’ils doivent “assu­rer”, explique Laure Farret. Pour beau­coup, par­ler à des thé­ra­peutes consti­tue­rait un aveu de fai­blesse et amoin­dri­rait leur viri­li­té. » D’ailleurs, se confier à des proches n’est sou­vent pas plus évident. Dans son spec­tacle Bonhomme, l’humoriste Laurent Sciamma évoque des hommes capables de par­ler du réchauf­fe­ment cli­ma­tique ou du pré­lè­ve­ment à la source, mais qui, à la moindre ques­tion d’ordre intime, « com­mencent à se rata­ti­ner et se bar­ri­cadent der­rière des canettes de Carlsberg et des boîtes de kebab ». Une des­crip­tion par­fai­te­ment réaliste.

113 Homme Psychotherapie 1 © Sandro Giordano
© Sandro Giordano

Or, comme le sou­ligne le psy­cho­logue suisse Thomas Noyer, « une émo­tion non expri­mée reste à l’intérieur de soi. Quand les émo­tions s’accumulent, elles créent des dou­leurs, des ten­sions ». Contenir en per­ma­nence sa colère, c’est lui don­ner de l’ampleur et accroître le risque qu’elle se trans­forme en vio­lence. « J’aime bien uti­li­ser l’exemple extrême du tueur en série, reprend-​il. Si ses voi­sins vous diront que c’était quelqu’un de cour­tois, sans un mot plus haut que l’autre, c’est parce que cet homme était rem­pli d’une colère à laquelle il n’avait pas accès et qui a trou­vé une manière tota­le­ment dis­pro­por­tion­née de la faire sor­tir. »

Pour ce psy­cho­logue, le prin­cipe de la thé­ra­pie est de « mettre plus de conscience sur des choses qui nous échappent ou qui nous dérangent, le tout auprès d’une per­sonne qui n’est pas impli­quée émo­tion­nel­le­ment dans notre his­toire ». Laure Farret décrit la thé­ra­pie comme « un ser­vice que l’on rend à la fois à ses proches, mais aus­si à soi-​même. Dans la plu­part des cas, suivre une thé­ra­pie a des effets très posi­tifs sur les rela­tions aux per­sonnes qui nous entourent, notam­ment nos conjoints et nos enfants ».

Des clés pour s’exprimer

Entre Ludmila et Valérian, couple gre­no­blois, les choses ont com­men­cé à s’envenimer au bout de six années de rela­tion. « J’ai réa­li­sé que je n’avais ces­sé de m’ouvrir à lui depuis notre ren­contre, mais qu’en revanche je ne savais pas vrai­ment qui il était. Vivre avec un incon­nu sans émo­tion, ça finis­sait par être las­sant et frus­trant, raconte Ludmila, 41 ans. Ça deve­nait insup­por­table de le sen­tir prêt à implo­ser à force de tout gar­der pour lui. L’ultimatum a été clair : soit il se confiait davan­tage à moi, soit il allait consul­ter. C’était en 2013 : depuis, il voit sa psy toutes les deux semaines, et je crois qu’il n’arrêterait pour rien au monde. » « Ça a eu un effet dingue, confirme Valérian, 44 ans. J’ai mis des mots sur pas mal de frus­tra­tions et d’angoisses… et puis ça m’a aus­si don­né des clés pour m’exprimer. C’était comme apprendre à par­ler une deuxième fois. Depuis, même en dehors des séances d’analyse, j’ai bien plus de faci­li­tés à expri­mer un sen­ti­ment ou une émo­tion. »

Aujourd’hui, Ludmila et Valérian vont très bien, mer­ci. « D’ailleurs, cer­tains de nos proches s’étonnent que je conti­nue à aller voir ma psy si je suis aus­si heu­reux que je le dis, confie ce der­nier. Mes fran­gins trouvent même ça super louche. Je n’arrive pas à les convaincre qu’il n’y a pas besoin d’être au trente-​sixième des­sous pour consul­ter et que c’est au contraire une super manière d’anticiper les problèmes. »

Pas éton­nant pour Thomas Noyer, qui décrit des hommes enfer­rés dans une pos­ture d’autosuffisance pous­sée à l’excès. « La logique mas­cu­line, c’est : “Je suis un mec, donc je me débrouille seul. Je n’imaginerai aller voir un pro­fes­sion­nel que si j’ai épui­sé toutes mes car­touches, c’est-à-dire si je vais hyper mal”. Les femmes abordent davan­tage la thé­ra­pie comme un sou­tien, une aide au déve­lop­pe­ment per­son­nel. » Et se retrouvent, en tout cas dans les couples hété­ro­sexuels, à devoir aus­si prendre en charge le mutisme émo­tion­nel de leurs conjoints. « En refu­sant de se faire aider, les hommes ne réa­lisent pas qu’ils alour­dissent encore un peu notre charge men­tale », résume Ludmila.

« Il me semble impor­tant de chan­ger l’image de la thé­ra­pie auprès des hommes qui redoutent de consul­ter, explique Laure Farret. Elle n’est pas des­ti­née aux “fous”, comme on l’entend sou­vent, pas plus qu’elle ne sert à tirer les vers du nez de qui que ce soit. Nous sommes là pour accom­pa­gner, aider, sou­te­nir… jamais pour juger ou dire ce qu’il faut faire ou ne pas faire. »

Ambre, tren­te­naire pro­ven­çale, a dû faire face à un autre pro­blème : « Quand j’ai ren­con­tré Samy, on s’est beau­coup confiés, mais j’ai fini par com­prendre qu’il me pre­nait un peu trop pour sa psy­cha­na­lyste. Nos moments pas­sés ensemble res­sem­blaient de plus en plus à des séances d’analyse à sens unique. Il me balan­çait les infor­ma­tions, et c’était à moi de faire le tra­vail. Alors que je n’ai ni le bagage ni la force men­tale pour ça. » Un jour, Ambre a pris le tau­reau par les cornes : « J’ai dit à Samy qu’il fal­lait qu’il trouve un thé­ra­peute, que ça deve­nait trop lourd pour moi et que ça para­si­tait notre rela­tion. Il ne l’a pas très bien pris : il a esti­mé que je ne m’intéressais plus assez à lui. On a rom­pu quelques mois plus tard, parce que le dia­logue n’était plus possible. »

Une rela­tion faussée

« En pre­nant sa com­pagne pour sa psy, il attend sur­tout d’elle qu’elle ait réponse à tous ses tour­ments et ques­tion­ne­ments, qu’elle puisse soi­gner tous ses maux, explique Laure Farret à pro­pos de Samy. Il se place dans la situa­tion d’un enfant face à l’un de ses parents, et non dans celle d’un conjoint à éga­li­té avec sa com­pagne. Or celle-​ci cherche un homme et non un enfant. La rela­tion s’en trouve faussée… » 

Thomas Noyer observe une situa­tion qui évo­lue len­te­ment mais sûre­ment : « Le rap­port hommes-​femmes étant moins pola­ri­sé qu’auparavant, les hommes semblent se déta­cher en par­tie des sté­réo­types de genre et s’autorisent un peu plus à être dans le res­sen­ti. » Impression par­ta­gée par Laure Farret. Pour Victor, c’est aus­si aux hommes qui consultent régu­liè­re­ment de faire le job. « Si tous les mecs en ana­lyse le fai­saient savoir autour d’eux, cela pour­rait avoir un double effet : mon­trer qu’il n’y a aucune honte à suivre une thé­ra­pie et rendre ça tota­le­ment ordi­naire, donc beau­coup moins flip­pant pour ceux qui ont encore peur de sau­ter le pas. Dire que je vais chez le psy depuis mes 19 ans et que c’est pri­mor­dial dans ma vie, c’est mon petit acte mili­tant à moi. » À bon entendeur…

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés
Découvrer notre calendrier de l'avent quichesque