fbpx

Claire Marin : « On ne nous accorde plus le temps de la tristesse »

La phi­lo­sophe Claire Marin montre, dans Rupture(s)*, com­ment les « bifur­ca­tions » impo­sées de nos exis­tences peuvent nous mettre à terre. À rebours de notre époque de la zappe et des injonc­tions à aller de l’avant, l’autrice nous invite à vivre plei­ne­ment nos cha­grins d’amour pour y pui­ser une redé­fi­ni­tion de soi. Entretien en chansons.

103 chagrin damour 2 © Unsplash
© Unsplash

« Laisse-​moi deve­nir l’ombre de ton ombre, l’ombre de ta main, l’ombre de ton chien. Ne me quitte pas » (Jacques Brel) 

Causette : Dans votre essai, vous expli­quez : « Ce n’est pas seule­ment mon corps et mon esprit que la rup­ture amou­reuse sac­cage, c’est le monde qu’elle dévaste. » Il faut recons­truire, et cela prend du temps. Alors pour­quoi nos proches nous exhortent-​ils à aller de l’avant rapidement ?

Claire Marin : Il y a évi­dem­ment notre tris­tesse qui les affecte aus­si. On éprouve l’impuissance de ne pas savoir com­ment soi­gner la plaie. Mais ces exhor­ta­tions sont aus­si liées à un dis­cours géné­ral à aller de l’avant. Notre époque n’a plus de temps à perdre avec l’inaction et la tris­tesse. La forme esthétique[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
crabe

Séparation : quand la mala­die tue le couple

Si la majorité des unions tiennent bon, voire se renforcent face à la maladie, certaines vacillent et se déchirent. Les femmes malades constatent, plus souvent que les hommes, un manque de soutien de la part de leur conjoint.

112 couple laura lafon pour causette

Témoignages : double vie

Après s’être rencontrés grâce à une erreur de destinataire sur Instagram, Lucie* et Stéphane* se retrouvent à travers le monde pendant un an. Une histoire à rebondissements.