99 Veep © 2019 Home Box Office Inc
© 2019 Home Box Office Inc

La sélec­tion d'avril 2019

Le must du mois

Veep, 7e et ultime saison

Vous la guettiez depuis (presque) deux ans et vous aviez raison : la septième et ultime saison de Veep confirme la vacherie délectable de cette série comico-politique lancée en 2012 sur HBO. Elle met en scène Selina Meyer, cynique, grossière et irritable vice-présidente (autrement dénommée VP, soit « veep » en anglais) devenue présidente des États-Unis (tiens donc !). Le talent de Julia Louis-Dreyfus, son interprète principale et productrice exécutive, est inaltéré. She’s back, à tout point de vue !
De fait, on se réjouit de retrouver la comédienne après son combat contre un cancer du sein (raison pour laquelle le tournage de cette saison finale avait été repoussé). D’abord parce que cette piquante quinquagénaire est une bombe comique, record d’Emmy Awards (huit) à la clé. Il lui suffit d’un geste, d’un regard ou d’une intonation pour provoquer fous rires et jubilation. Ensuite parce que cette féministe affichée est parfaite dans ce rôle grinçant. Impossible de spoiler cette nouvelle saison ! Sachez juste que ladite Selina cherche, de nouveau, à conquérir la Maison-Blanche (on la suit en campagne à travers différents États et débats). Qu’elle a pour adversaire une ex-protégée brillante et afro-américaine (à qui pensez-vous ?) ou un ex-membre de son équipe devenu complotiste (incroyable, vraiment ?). Et que cette caricature féroce, mais pas si éloignée du réel (les présidentielles auront lieu fin 2020 aux States…), est jalonnée de saillies féministes trash. Thank you #MeToo ? Merci Julia, surtout.

Veep, saison 7, créée par Armando Iannucci. Sur OCS City à partir du 1er avril à 21 h 35. Série en 7 épisodes de 26 min., à raison d’un par semaine.

En replay

Poupée russe, saison 1

1461497 1442295 zoomedR
© DR

(Re)voir la saison 1 de Poupée russe, c’est se faire doublement ­plaisir. D’une part, cette série américaine, diffusée sur Netflix depuis février, ravive les couleurs un peu fanées du principe de la boucle temporelle (hello Un jour sans fin !). L’histoire de Nadia, New-Yorkaise branchée qui revit sans cesse une nuit de fête à l’issue de laquelle elle meurt, avant de se ­réveiller le ­lendemain, est ainsi jalonnée de rires, de doutes existentiels et de détours narratifs virtuoses. Assez pour surprendre. D’autre part, le personnage gouailleur et cynique de la rousse Nadia est interprété par la non moins gouailleuse et brillante Natasha Lyonne (American Pie). Une sorte de Joe Pesci au féminin ! Son meilleur rôle, en attendant de la retrouver dans la dernière saison du phénoménal Orange is the New Black.

Poupée russe, saison 1. À revoir sur Netflix. Série en 8 épisodes de 30 min.

À SURVEILLER
Capture d’écran 2019 03 18 à 16.16.42

Braquage à la suédoise, de Felix Hergren

Fallait pas les contrarier ! À 60 ans et des brouettes, on est moins souple… Voyez Cecilia, médecin hospitalier houspillée par sa cheffe comme par son époux (OK, elle a perdu beaucoup d’argent en boursicotant sur Internet). Voyez Jenny, prof de maths fichue à la porte par son mari (OK, elle l’a trompé avec un jeunot d’à peine 35 ans). Un beau jour immaculé (on est en Suède, il neige), ces deux copines en panne de thunes et de respect finissent par se rebeller en braquant une banque. Qui soupçonnerait deux sexagénaires bientôt à la retraite ? Pas nous et c’est pour cela que cette minisérie scandinave, tranquillement subversive, est si drôle. Humour absurde + féminisme débonnaire + actrices géniales (assumant leur âge) = le compte est (trop) bon !

Braquage à la suédoise, de Felix Hergren. Minisérie de 6 épisodes de 44 min. Sur Arte les jeudis 18 et 25 avril.

Partager
Articles liés

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.