fbpx
18h30 image
© La Blogothèque Productions

« 18 H 30 », la web­sé­rie d'Arte qui sus­pend le temps

La web­sé­rie 18 h 30, dif­fu­sée sur Arte en 22 épi­sodes de 5 minutes, nous parle de la ren­contre de deux col­lègues à la sor­tie du bureau, qui rejoignent le même arrêt de bus et font de ce tra­jet quo­ti­dien un rituel espé­ré, à la marge de leur vie res­pec­tive. Derrière cette pépite, le duo d’auteurs tou­jours gagnant, Maxime Chamoux et Sylvain Gouverneur, déjà signa­taires de la série à suc­cès Ploup

Il est 18 h 30, Mélissa sort de son pre­mier jour de bou­lot dans une nou­velle boîte où Éric, lui, tra­vaille depuis treize ans. Alors que notre montre affiche cinq minutes par épi­sode, au nombre de vingt-​deux, on assiste à la nais­sance pro­gres­sive d’une rela­tion, tra­ver­sée par un cres­cen­do de sen­ti­ments contraires, pas­sant de l’agacement à la bien­veillance, du malaise à l’émoi, de la poli­tesse exces­sive à l’élan amou­reux. Les comé­diens Pauline Étienne et Nicolas Grandhomme, emme­nés par le duo Maxime Chamoux et Sylvain Gouverneur à l’écriture, y sont trou­blants de jus­tesse. 

Si l’horaire du rendez-​vous ritua­li­sé est inva­riable, il en est de même pour le décor du tra­jet quo­ti­dien : l’architecture très miné­rale du quar­tier d’affaires bor­de­lais Meriadeck nous devient fami­lière. On en repère les pas­sages et les détours et on se désole, comme par­fois Éric et Mélissa, d’arriver trop tôt à l’arrêt de bus et donc à la fin de l’épisode. 
Mais ne vous y trom­pez pas, si vous ren­trez dans le bal de cette web­sé­rie, vous dan­se­rez avec les deux pro­ta­go­nistes jusqu’au bout, en lais­sant défi­ler l’ensemble des cha­pitres, entre­cou­pés des notes légères et poé­tiques du géné­rique, com­po­sées par David Sztanke.
Par des plans rap­pro­chés et tour­nés en séquence, on se sent invité·es dans ce chassé-​croisé sen­ti­men­tal, qui dit beau­coup de nous, de nos luttes et nos renon­ce­ments intimes.

Tels des funam­bules du sen­ti­ment, Mélissa et Éric com­mu­niquent en sous-​textes.
« J’ai un pote, son talent, c’est de tout faire pour évi­ter les dis­cus­sions impor­tantes… », s’aventure la jeune femme, qui enten­dra une réac­tion mal­adroite, mais empreinte d’un roman­tisme sub­til, lequel ne s’imposera jamais. Nous voi­là en quête d’absolu dans ces paren­thèses de vie, par­fois dis­tan­cées de plu­sieurs semaines, à voya­ger dans les méandres de l’indécision. On se régale de scènes au res­sort comique, grâce, notam­ment, à des per­son­nages secon­daires, par­fois ima­gi­naires, de toute fan­tai­sie. On s’attriste aus­si de sujets de socié­té à la gra­vi­té par­fai­te­ment incar­née, comme le har­cè­le­ment ou le ter­ro­risme. Le spec­ta­teur est rat­ta­ché à une réa­li­té, qui est aus­si la sienne. 

On remonte le cou­loir d’un temps sus­pen­du, entre vie pro­fes­sion­nelle et vie de famille, qui viennent nour­rir les conver­sa­tions du duo com­plice, lequel ne se dévoi­le­ra jamais com­plè­te­ment.
L’intrigue court sur une année entière, dans une sai­son­na­li­té nar­ra­tive. Si les sujets sombres sont abor­dés la nuit tom­bée, cal­feu­trés dans la pudeur comme dans les écharpes et les bon­nets, c’est en robe fleu­rie et casques aux oreilles que l’on retrouve la légè­re­té aux beaux jours. Il est dif­fi­cile de renon­cer à cette his­toire, dont on ne voit pas la fin venir. Mais les réa­li­sa­teurs Maxime Chamoux et Sylvain Gouverneur, qui ont cosi­gné l’enquête parue cet été dans Society sur Xavier Dupond de Ligonnès et qu’on connaît aus­si pour la web­sé­rie Ploup, songent à écrire la suite… On s’en réjouit.

Voir la bande-​annonce :

18h30, dis­po­nible sur Arte.tv

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  


Idées Cadeaux Causette

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés
logo ccausette

Article test

In his trac­ti­bus navi­ge­rum nus­quam visi­tur flu­men sed in locis plu­ri­mis aquae suapte natu­ra calentes emer­gunt ad usus aptae mul­ti­pli­cium mede­la­rum. verum has quoque regiones pari sorte Pompeius Iudaeis Quo cogni­to Constantius ultra...