La sélec­tion d'avril 2019

99 Qui a tue mon père Stanilas Nordey ©JL Fernandez
© J.L. Fernandez

Qui a tué mon père, mise en scène de Stanislas Nordey

Qui a tué mon père. C’est la ques­tion que posait Édouard Louis dans son troi­sième livre paru en 2018. Après avoir racon­té la vio­lence de sa famille à l’égard de son homo­sexua­li­té avec En finir avec Eddy Bellegueule, il ques­tion­nait, dans ce pam­phlet auto­bio­gra­phique, la vio­lence sociale et poli­tique qui a réduit le corps de son père, ouvrier dans le Nord, en miettes. À 50 ans, ce der­nier, vic­time d’un acci­dent du tra­vail, ne peut plus faire dix mètres sans être essouf­flé. C’est ce texte en forme de « J’accuse » que pro­fère sur scène le grand comé­dien Stanislas Nordey. Sur le pla­teau, presque vide, des man­ne­quins de cire repré­sentent l’homme bri­sé. En fond, de grandes pho­to­gra­phies en noir et blanc d’un vil­lage du Nord. Celui qui avait d’abord[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
2R4A3340 A

Le théâtre, un baume sur les plaies

Le metteur en scène Luca Giacomoni donne un nouveau souffle aux Métamorphoses du poète latin Ovide. Pour incarner ces héroïnes bafouées de l’Antiquité, il fait monter sur scène des femmes victimes de violences.

99 Qui a tue mon père Stanilas Nordey ©JL Fernandez

La sélec­tion d'avril 2019

Triptyque apparemment familial mais surtout politique au théâtre ce mois-ci : « Qui a tué mon père » ; « Le Fils » ; « Qui va garde les enfants ? »