fbpx
thumbnail christine coquilleau nait sidnas nouvelle seine 6512
© Christine Coquilleau

La Nouvelle Seine : la crème de l’humour fémi­niste

En sept ans, à Paris, ce lieu de ren­contres et de décou­vertes artis­tiques
est deve­nu le nou­veau temple de l’humour. Avec une pro­gram­ma­tion
tou­jours plus fémi­nine et fémi­niste. 

C’est une jolie péniche avec une vue impre­nable sur Notre-​Dame. S’y rendre est déjà en soi une pro­messe. D’abord, il faut rejoindre le quai de Montebello, le long de la Seine, à Paris, puis, une fois arrivé·e devant le bateau, s’agripper à la rampe pour des­cendre la pas­se­relle pen­tue qui mène à l’intérieur. Là, un cha­leu­reux res­tau­rant ambiance lou­piottes vous attend, si l’envie vous prend de boire un verre ou d’avaler un plat de sai­son avant le spec­tacle. Car oui, ici, on ne vient pas pour faire le tou­riste sur bateau-​mouche, mais bien pour se bidon­ner en décou­vrant les nou­velles têtes de l’humour fran­çais. Dans la coque de La Nouvelle Seine se cache en effet un char­mant théâtre de plus de 110 places où, depuis sept ans, on peut aller applau­dir la fine fleur de cet art vivant qui n’en finit plus de foi­son­ner dans la capi­tale et bien au-​delà. Blanche Gardin, fidèle, y a joué son pre­mier[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
2R4A3340 A

Le théâtre, un baume sur les plaies

Le metteur en scène Luca Giacomoni donne un nouveau souffle aux Métamorphoses du poète latin Ovide. Pour incarner ces héroïnes bafouées de l’Antiquité, il fait monter sur scène des femmes victimes de violences.