Fanny Ruwet : « Un ami vous par­donne d’être agres­sif quand vous avez faim »

La décou­verte stand-​up de la ren­trée, c’est Fanny Ruwet. Encore une Belge ! Si certain·es ont déjà enten­du ses chro­niques sur France Inter ou son excellent pod­cast, Les gens qui doutent, c’est désor­mais sur scène qu’il faut la décou­vrir. Humour mélan­co­lique garan­ti. 

114 woolf Annie Ruwet © Hadrien Hanse
© Hadrien Hanse

Causette : Les livres mar­quants de la « biblio­thèque » de vos parents ? 
Fanny Ruwet : Je ne sais plus exac­te­ment ce qu’ils lisaient. Par contre, c’est ma mère qui m’a offert L’Attrape-cœurs, de Salinger, mon roman pré­fé­ré.

Les lieux de votre enfance ? 
F. R. : Fraiture-​en-​Condroz (ça existe), un petit vil­lage per­du dans le fin fond de la Belgique.

Avec qui aimeriez-​vous entre­te­nir une longue cor­res­pon­dance ? 
F. R. : Phoebe Waller-​Bridge (Fleabag, Killing Eve…). C’est l’une des per­sonnes que j’admire le plus. Elle est un modèle de sub­ti­li­té, de drô­le­rie, de rigueur.[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
2R4A3340 A

Le théâtre, un baume sur les plaies

Le metteur en scène Luca Giacomoni donne un nouveau souffle aux Métamorphoses du poète latin Ovide. Pour incarner ces héroïnes bafouées de l’Antiquité, il fait monter sur scène des femmes victimes de violences.