fbpx

Alexis Michalik : « Avec "Une his­toire d’amour", je suis ren­tré dans l’intime »

Amour pas­sion, filial, mater­nel, voire pater­nel : avec sa nou­velle pièce Une his­toire d'amour, le dra­ma­turge Alexis Michalik explore le sen­ti­ment du pal­pi­tant. De quoi nous don­ner envie de pas­ser à la ques­tion l'homme de théâtre au suc­cès popu­laire tou­jours renou­ve­lé.

thumbnail img 1065
© Lisa Lesourd

Il est 17h30 et c’est devant la Scala, scène des grands bou­le­vards pari­siens, que Causette a rendez-​vous avec Alexis Michalik pour évo­quer Une his­toire d'amour, une poi­gnante épo­pée à rebonds mul­tiples (aux­quels Michalik nous a habitué·es) dans l'histoire d'un couple de femmes qui décident d'avoir un enfant et ques­tionne les fluc­tua­tions du désir de paren­ta­li­té. Sa pièce débute à 19h, le dra­ma­turge s'est offert un rôle dedans, mais avant de mon­ter sur scène, il doit pas­ser au pri­meur du coin cher­cher de quoi gri­gno­ter. Pas de trac appa­rent, on a alors com­men­cé à dis­cu­ter du tour intime que prend son théâtre avec cette nou­velle créa­tion par­mi les poires et les courges.

Causette : Une his­toire d’amour nous plonge dans celle de Katia et Justine, qui s’aiment fol­le­ment. Pourquoi avoir choi­si un couple de femmes ?
Alexis Michalik : Depuis un moment, je sou­hai­tais tra­vailler avec plus de femmes. En géné­ral, sans que cela soit volon­taire, il y a plus d’hommes dans mes pièces. Cette fois, hor­mis le per­son­nage de William, que je joue, et quelques rôles secon­daires, l’histoire est por­tée par des femmes. 
Le choix s’est aus­si impo­sé d’un point de vue scé­na­ris­tique. Sans trop en dévoi­ler, l’intrigue ini­tiale se déroule il y a 12 ans, et il fal­lait un couple sans struc­ture juri­dique qui implique la res­pon­sa­bi­li­té de ces deux femmes vis-​à-​vis de l’enfant qu’elles décident d’avoir ensemble. C’était le seul cas de figure dans lequel on pou­vait se retrou­ver avec une femme enceinte dans l’impossibilité de faire valoir des droits.

Vous vous sai­sis­sez ici de véri­tables sujets de socié­té. Le désir de paren­ta­li­té[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés