fbpx

Quoi de meuf #160 : une explo­ra­tion de l'amitié entre femmes

Causette est par­te­naire du pod­cast Quoi de meuf. Ce dimanche, les jour­na­listes Clémentine Gallot et Anne-​Laure Pineau décor­tiquent les sen­ti­ments d'amitié au fémi­nin, loin des cli­chés sur la com­pé­ti­tion féminine.

1875 11444 POCHETTES EMISSIONS 46

Armées des réfé­rences cultu­relles qui font la saveur du pod­cast Quoi de meuf, Clémentine Gallot et Anne-​Laure Pineau s'attaquent ce dimanche à ce qui consti­tue les ami­tiés entre femmes. Après avoir en pré­am­bule lais­sé de côté la notion de soro­ri­té (qui cor­res­pond à la soli­da­ri­té de genre face au patriar­cat), les jour­na­listes nous plongent dans l'histoire de ces liens, long­temps mécon­nus puisque la culture patriar­cale pré­fé­rait van­ter l'amitié mas­cu­line et ce depuis le Moyen-​Âge, à tra­vers les récits chevaleresques.

Il en aura fal­lu du temps, c'est-à-dire lors de l'éclosion des gen­der stu­dies dans les années 70, nous rap­pelle Quoi de meuf, pour qu'on s'intéresse à l'amitié entre femmes, jusqu'alors décon­si­dé­rée ou moquée, dans une grande confu­sion avec le les­bia­nisme. A noter que cette confu­sion fut une confor­table cou­ver­ture pour les les­biennes, leur per­met­tant d'aimer en fai­sant croire à une ami­tié chaste. Quoi de meuf remonte le fil jusqu'aux salons du XVIIIème siècle. Organisés par des femmes de la grande bour­geoi­sie ou de l’artistocratie, ils sont, sous cou­vert de conver­sa­tions cultu­relles, l'occasion de déve­lop­per un sen­ti­ment d'amitié entre femmes en sor­tant de l'unique socia­li­sa­tion du couple au sein du foyer. 

Ecouter l'épisode

En convo­quant, comme à leur habi­tude, de grands noms de la lit­té­ra­ture, Quoi de meuf res­ti­tue la force de liens qui se construisent encore aujourd'hui en dépit des cli­chés pré­sen­tant l'amitié fémi­nine comme néces­sai­re­ment cor­rom­pue par une com­pé­ti­tion pour les faveurs mas­cu­lines. Et si, après les salons, les jour­na­listes explorent l'autre ver­sant des classes sociales, c'est-à-dire celles des ouvrières ou des employées qui, là encore, s'émancipent de leur mari en se liant d'amitié avec leurs cama­rades de chaînes de pro­duc­tion ou de tiroir-​caisse, c'est pour mieux retom­ber sur la notion de soro­ri­té : l'amitié entre femmes ne peut faire fi du contexte patriar­cal dans lequel elle éclot et c'est pour cela que soro­ri­té et ami­tié sont si inti­me­ment liées.

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés