fbpx
07.05.2021 Pretty Loud rehearsal 52 A
Six des douze membres de Pretty Loud. Au premier plan : Selma Dalipi et Zivka Ferhatovic. À l’arrière-plan, de gauche à droite : Zlata Ristic, Elma Dalipi, Silvia Sinani et Dijana Ferhatovic. © Sanja Knezevic pour Causette

Serbie : la révolte des Gypsy queens


Elles sont douze Roms de Serbie. Pretty Loud, leur groupe de rap fémi­niste, prône l’émancipation des femmes de leur com­mu­nau­té et lutte contre les mariages for­cés et pour la sco­la­ri­sa­tion des filles. Juste avant le confi­ne­ment de mars 2020, elles don­naient leur pre­mier concert à Londres. Nous les avons ren­con­trées dans la capi­tale serbe.

Mars 2020. Ce soir-​là, sur la scène du Royal Festival Hall de Londres, douze jeunes femmes roms de Serbie âgées de 15 à 27 ans vivent un conte de fées. Pretty Loud, leur groupe de hip-​hop fémi­niste, a été invi­té à se pro­duire au fes­ti­val Women of the World, WOW. Et main­te­nant, c’est l’apothéose ! Elles s’appellent Zivka, Zlata, Silvia, Selma, Elma, Diana, Angela… Si elles ont fait tout ce che­min depuis la maha­la, le quar­tier rom où elles ont gran­di, c’est pour défendre haut et fort les droits de leurs mères et de leurs sœurs qui ploient trop sou­vent sous le joug du patriar­cat. Leur cre­do : « Les femmes doivent être fortes et indé­pen­dantes, ce n’est pas aux hommes de déci­der à leur place. » 

27.5.2021 Roma Mahallah in Zemun Belgrade  F0A2678 A
Zlata Ristic s’occupe d’une tren­taine d’enfants roms.
© Sanja Knezevic pour Causette

Pour faire bou­ger les lignes, elles ont choi­si le rap, « un rythme que les jeunes adorent et qui s’intègre par­fai­te­ment à la musique tra­di­tion­nelle rom », explique Zivka Ferhatovic, 20 ans, l’une des six chan­teuses et dan­seuses ori­gi­naires de Belgrade – les six autres viennent de Niš, dans le sud du pays. Pour bien se faire entendre, elles écrivent en serbe, en roma­ni et en anglais. Leur hit, Mashup (2020), dont le clip a été vu plus de 130 000 fois sur YouTube, raconte en cinq cou­plets l’histoire de Samantha, une ado­les­cente du quar­tier qui subit un mariage for­cé et aban­donne l’école contre sa volon­té. L’éducation est le second leit­mo­tiv de Pretty Loud : pour gagner l’indépendance, les jeunes filles roms doivent d’abord finir leur scolarité.

07.05.2021 Pretty Loud portraits 10 A
Zlata Ristic © Sanja Knezevic pour Causette
Passer après les gar­çons, ça suffit !

Pretty Loud est le pre­mier groupe de hip-​hop à libé­rer la voix des femmes au sein de la com­mu­nau­té. Le déclic ? « En 2014, nous tour­nions le clip de Me Lljum Gadji, une chan­son anti­raciste de Roma Sijam, un groupe de rap­peurs roms de notre âge, raconte Silvia Sinani, 24 ans, une autre chan­teuse du groupe. Nous nous sommes aper­çues que nous, les filles, étions tou­jours relé­guées à l’arrière-plan, cho­ristes ou dan­seuses. Alors, nous avons pris les choses en main. » « Dans Mashup, nous encou­ra­geons les jeunes filles roms à s’affranchir d’un mariage pré­coce et à ne pas dépendre finan­ciè­re­ment des hommes, ajoute Zlata Ristic, 27 ans, membre de Pretty Loud et mère céli­ba­taire. En même temps, nous les sti­mu­lons pour qu’elles s’ouvrent à de nou­velles perspectives. »

Les textes s’inspirent de la vie de la maha­la, le « ghet­to » rom où elles ont gran­di. « Nous connais­sons toutes des filles qui ont quit­té l’école pour se marier alors qu’elles n’avaient même pas 15 ans, témoigne Silvia. On s’est dit qu’il fal­lait par­ler de nos pro­blèmes, de la vio­lence, des inéga­li­tés, des injus­tices. » Selon l’Unicef, plus de la moi­tié des jeunes filles de la com­mu­nau­té rom de Serbie se marient avant d’avoir atteint leur majo­ri­té, 16 % d’entre elles entre 14 et 15 ans. « C’est à elles que nous nous adres­sons en prio­ri­té, sou­ligne Zivka. Notre vœu est[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés