fbpx
pomme obt look5  6 final

Pomme : « La pos­si­bi­li­té de par­ler est très liée à la place que tu occupes dans cette industrie »

En mai, elle dévoi­lait son nou­veau titre À perte de vue, poi­gnant plai­doyer éco­lo dont les béné­fices seront rever­sés au Groupe de recherche et d'éducation sur les mam­mi­fères marins. Trois mois plus tôt, Pomme jetait un pavé dans la mare en publiant une lettre ouverte sur les vio­lences sexistes et sexuelles au sein de l’industrie musi­cale, la veille du grand raout des Victoires de la musique. Entre-​temps, Causette l’a ren­con­trée pour par­ler musique et mili­tan­tisme, évidemment.

Causette : Vous avez signé la tri­bune des Femmes enga­gées des métiers de la musique (Femm), en 2019. Qu’est-ce qui a chan­gé depuis ?
Pomme : Je ne sais pas si beau­coup de choses ont chan­gé, mal­heu­reu­se­ment. Peut-​être que les gens écoutent un peu plus les vic­times et ceux qui ont des choses à dénon­cer. Après, il y a un tel retour de bâton quand tu prends la parole sur ces sujets… Quand tu vois com­ment est trai­tée Camélia Jordana, juste parce qu’elle pose des faits sur la table [sur les vio­lences poli­cières, ndlr], je ne sais pas si ça a tant chan­gé que ça.

Y a‑t-​il un risque, en tant qu’artiste, à dénon­cer des dis­cri­mi­na­tions ?
Pomme : Oui, car­ré­ment. D’ailleurs quand j’ai publié ma lettre ouverte[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
Rodrigo Cuevas 10 x @lacostastudio

Rodrigo Cuevas : L’hidalgo queer

Depuis son petit village de montagne, l’Espagnol insuffle un vent d’insolence et de burlesque au répertoire musical traditionnel de sa région. Rencontre avec le plus folklorique des défenseurs de la cause LGBTQI.