c fiona forte gabi00008
(©FIONA FORTÉ)

Musique : dans le casque de Causette en janvier

Chaque mois, Causette vous pro­pose de décou­vrir les albums que nous avons écou­tés en boucle.

Gabi, Oh Gabi. À fond dans les oreillettes ce mois-​ci on com­mence avec la chan­teuse et gui­ta­riste Gabrielle Hartmann, une jeune artiste jazz-​folk fran­çaise qui navigue avec aisance entre les époques, dans le sillage de Norah Jones. De sa belle voix, elle surfe avec dou­ceur sur La Mer de Charles Trenet et contracte avec bon­heur La Maladie d’amour d’Henri Salvador. Son charme est intem­po­rel, son par­cours sans fron­tières. Elle a vécu à Paris dans son enfance, au Brésil, en Afrique du Sud, en Guinée, au Portugal, aux États-​Unis, et à Londres pour y suivre des études d’ethnomusicologie. Ses airs déli­cats sont des car­nets de voyage à la beau­té scin­tillante (Mille rivages). Elle chante aus­si en anglais (Buzzing Bee) et en por­tu­gais (Coração Transparente).

Gabi Hartmann, de Gabi Hartmann. Sony. En concert le 24 jan­vier à La Seine Musicale, à Boulogne-​Billancourt (92).

On enchaîne avec l’Anglais Gaz Coombes qui, à 46 ans, n’a lui plus rien à prou­ver mais tout à éprou­ver. L’ex-leader de Supergrass revient avec un qua­trième album solo, Turn the Car Around, dans lequel perce la fra­gi­li­té d’un homme qui aime, qui doute, qui erre, qui se bat. Alternant les cli­mats musi­caux, de la balade fun­ky Don’t Say It’s Over au rock abra­sif de Long Live the Strange, Gaz Coombes dévoile toute sa palette de song­wri­ter. Ce gar­çon, c’est Radiohead à lui tout seul. Idéal pour tra­cer la route.

Turn the Car Around, de Gaz Coombes. Hot Fruit Recordings/​Virgin Music. En concert le 3 mars à La Maroquinerie (Paris).

Restons de l’autre côté de la Manche avec Rozi Plain. L’électrofolk de cette Britannique est déli­cat, cha­leu­reux, hyp­no­tique. Son nou­vel album, Prize, baigne l’auditeur·rice dans une onde enve­lop­pante. Malgré les ryth­miques com­plexes, les arpèges de gui­tare aux tona­li­tés étranges, les effets sonores fan­tas­tiques et la voix déca­lée, les chan­sons de Rozi Plain des­sinent un ter­ri­toire dans lequel on se sent immé­dia­te­ment bien et dont on a du mal à s’extirper, comme une couette chaude par un matin d’hiver.

Prize, de Rozi Plain. Memphis Industries/​Bertus. En concert le 11 février au Hasard Ludique (Paris), le 15 février au Blonde Venus, à Bordeaux (33)

Le groupe The Arcs nous invite enfin à conti­nuer à rêver sur son single Keep on Dreamin’, intro­duc­tion à un retour dis­co­gra­phique après un pre­mier album, Yours, Dreamily, sor­ti en 2015. La réfé­rence du titre ne laisse pas songeur·euse. Il y a chez le chan­teur et gui­ta­riste Dan Auerbach (The Black Keys) et son aco­lyte Leon Michels (Menahan Street Band) la volon­té de pro­lon­ger la magie qui se déga­geait en stu­dio quand ils étaient réunis avec l’autre membre de The Arcs, Richard Swift, décé­dé tra­gi­que­ment en 2018. Electrophonic Chronic est né pen­dant les ses­sions d’un trio qui consi­dé­rait la musique comme une aven­ture. Entre soul vin­tage, garage rock et pop des années 1960, The Arcs atteint sa cible de façon émouvante.

Electrophonic Chronic, de The Arcs. Easy Eye Sound. Sortie le 27 janvier.

Partager
Articles liés

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.