fbpx
18472 DEF HD original A
© Tijana Pakic

Karimouche, juste une mise au poing

La chan­teuse Carima Amarouche monte au front avec Folies ber­bères, un troi­sième album moderne et flam­boyant dans lequel elle com­bat le sexisme et le racisme tout en gar­dant le sou­rire. Rencontre.

En élève appli­quée, Carima Amarouche a pré­pa­ré l’interview. Dans un petit car­net, posé à côté d’elle sur le cana­pé, elle a lis­té des noms, fixé des anec­dotes, noté des réfé­rences d’associations huma­ni­taires qui la touchent, comme Air Partage, qui creuse des puits au Maroc. Avec son bon­net de marin vis­sé sur la tête et son pull rouge écla­tant, celle qui s’est rebap­ti­sée Karimouche aurait pu appa­reiller sans dif­fi­cul­té à bord de la Calypso du com­man­dant Cousteau. Karimouche est une fron­deuse au grand cœur. Élevée dans une famille matriar­cale de tra­di­tion musul­mane, ins­pi­rée aus­si bien par la verve d’Édith Piaf que par le rap futu­riste de Missy Elliott, l’artiste berbéro-​charentaise sait diri­ger sa barque au milieu des cou­rants contraires. Le chan­teur Erwan Séguillon, dit R.wan (Java, Soviet Suprem), son com­plice d’écriture, la pré­sente comme une pirate. Venant d’un Breton, c’est un com­pli­ment.

“ Liberté, éga­li­té, soro­ri­té ”

À 43 ans, Karimouche s’apprête à ouvrir les portes de Folies ber­bères, un troi­sième album en forme de caba­ret orien­tal hip-​hop. On y découvre des numé­ros per­cu­tants, fémi­nistes, intimes ou fes­tifs. À son fron­ton, l’établissement pour­rait gra­ver la devise : « Liberté, éga­li­té, soro­ri­té. » « Chez moi, j’ai une ancienne affiche des Folies Bergère. On l’a oublié, mais la salle pari­sienne est la pre­mière en France à avoir accueilli des artistes venus d’ailleurs. » Qui se sou­vient de la char­meuse de ser­pents Nala Damajanti, de la Troupe Zoulou ou des lut­teurs d’Istanbul ? Karimouche n’abat pas la carte de l’exotisme pour atti­rer l’attention. Son disque est à son image. Une fusion moderne des styles, un caram­bo­lage des cultures, un jeu de (multi)pistes en guise de visa. Entre hip-​hop, gna­wa, chan­son fran­çaise, dubs­tep ou élec­tro, l’interprète ne choi­sit pas. Elle prend tout. Un œil dans le rétro, le pied sur l’accélérateur, la conteuse affole le comp­teur de son véhi­cule hybride.

La veine mili­tante de Folies[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
france gall en 1966

Musique : rideau sur les loli­tas

De France Gall à Alizée, les « fausses ingénues », bien souvent créées de toutes pièces par les maisons de disque, ont longtemps rempli les caisses de l’industrie musicale. Retour sur un genre qui, ces dernières années, grâce au streaming, à #MeToo...

mesparrow credits fabien tijou 1 a

Nos coups de coeur musique de jan­vier 2021

Mesparrow : Le fil har­mo­nique Marion Gaume, alias Mesparrow, n’est plus tout à fait la même, mais peut-​être pas encore vrai­ment une autre. Son troi­sième album la sai­sit en pleine trans­for­ma­tion per­son­nelle pro­fonde. Sans doute faut...

18472 DEF HD original A

Karimouche, juste une mise au poing

La chanteuse Carima Amarouche monte au front avec Folies berbères, un troisième album moderne et flamboyant dans lequel elle combat le sexisme et le racisme tout en gardant le sourire. Rencontre.