fbpx

Sandra Vizzavona : “Avorter, c’est s’affranchir du rôle de mère qui nous est encore assigné”

Dans Interruption, l’avortement par celles qui l’ont vécu, Sandra Vizzavona, avocate, fait entendre la voix de femmes ayant eu recours à l’IVG. Pour mettre son expérience en perspective, mais aussi pour donner la parole aux concernées, qu’on entend si rarement. Et rétablir certaines vérités.

119  sandra vizzavona
©DR

Causette : Comment est né le désir d’écrire ce recueil de témoignages de femmes ayant eu recours à l’avortement ?
Sandra Vizzavona : Je savais depuis un moment que j’avais envie d’écrire sur mon premier avortement, vécu dans l’adolescence. Je pressentais que la « réparation » passerait par-​là. Parallèlement, j’étais très heurtée par le discours populaire que l’on entend trop souvent, selon lequel l’avortement serait nécessairement une grande douleur pour les femmes, car je savais, pour l’avoir expérimenté moi-​même lors de ma seconde IVG, que cela n’est pas vrai. J’ai eu envie de le démontrer et de mêler la voix d’autres[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

 

identifiez-vous pour lire le contenu

Ou

Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois

Partager
Articles liés
Capture d’écran 2020 09 25 à 15.17.59

Les 20 plumes féminines : Francesca Serra

Cette année encore, on risque de se faire assommer par la vague des sorties de livres à l’occasion de la sacro-​sainte rentrée littéraire. Et pour affronter l’autre deuxième vague – au cas où on nous reconfinerait –, mieux vaut s’armer de...

114 yaa gyasi peter hurley the vilcek foundation

Les 20 plumes féminines : Yaa Gyasi

Yaa Gyasi s’affirme comme l’une des grandes héritières de Toni Morrison. Révélée en 2017 avec «No Home», elle revient avec «Sublime Royaume», où elle y traite à nouveau des enfants de l’immigration africaine.