fbpx

Sandra Vizzavona : "Avorter, c'est s'affranchir du rôle de mère qui nous est encore assigné"

Dans Interruption, l’avortement par celles qui l’ont vécu, Sandra Vizzavona, avo­cate, fait entendre la voix de femmes ayant eu recours à l’IVG. Pour mettre son expé­rience en pers­pec­tive, mais aus­si pour don­ner la parole aux concer­nées, qu’on entend si rare­ment. Et réta­blir cer­taines vérités.

119  sandra vizzavona
©DR

Causette : Comment est né le désir d’écrire ce recueil de témoi­gnages de femmes ayant eu recours à l’avortement ?
Sandra Vizzavona : Je savais depuis un moment que j’avais envie d’écrire sur mon pre­mier avor­te­ment, vécu dans l’adolescence. Je pres­sen­tais que la « répa­ra­tion » pas­se­rait par-​là. Parallèlement, j’étais très heur­tée par le dis­cours popu­laire que l’on entend trop sou­vent, selon lequel l’avortement serait néces­sai­re­ment une grande dou­leur pour les femmes, car je savais, pour l’avoir expé­ri­men­té moi-​même lors de ma seconde IVG, que cela n’est pas vrai. J’ai eu envie de le démon­trer et de mêler la voix d’autres[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
112 journal intime camille besse

Ode au jour­nal intime

Pendant cette crise, beaucoup se sont (re)mis·es à poser leurs pensées
sur le papier. Causette chante les louanges de ce précieux allié, qui les a aidé·es à avancer : le carnet intime.

WONDER WOMAN 2017 81 A

La jour­née type de Wonder Woman

Concrètement, à quoi ça res­semble la rou­tine d’une Amazone sur l’île de Themyscira ?  Lire aus­si : Wonder Woman : retour sur LA pin-​up badass 7 h 30 Le soleil se reflète déjà sur la mer Égée. Pas besoin de réveil...