Qui sont les “chris­ti­mi­nelles” d’Agatha ?

Dans son livre La vérité tue, l’écrivaine Sonia Feertchak s’est plongée dans l’univers de la reine du roman policier, Agatha Christie. Elle nous révèle que la famille est l’un de ses motifs favoris faisant apparaître le concept, si christien, de « criminelle next door ». Pour Causette, Sonia Feertchak a repris l’œuvre policière afin d’enquêter sur les caractéristiques des criminelles d’Agatha.

FF66TW 1 A 1
© Granger Historical Picture Archive/Alamy Stock Photo

« Perdue, le regard vide, elle avait l’air à cet instant d’une débile profonde.1 » Aucun doute, Gerda Christow est une héroïne subversive. J’aime comme la décrit sa créatrice, Agatha Christie, qui s’est inspirée, de façon manifestement jouissive, de sa propre expérience d’enfant lente et peu dégourdie aux yeux de sa famille – elle le raconte dans son Autobiographie2 – pour ­brosser le personnage de Gerda Christow – Christie ? – un modèle de quiche patentée. Mais il faut se méfier des étiquettes. L’épouse soumise, Gerda, à la gaucherie maladive dont tous se moquent, « Donne-moi ça, espèce ­d’empotée », et que son mari trompe et humilie, cette femme-là n’est pas celle qu’on croit. Comme indiqué dans les fameux carnets ­d’Agatha, qu’elle laissait traîner partout pour consigner ses idées de meurtre entre deux listes des courses et une recette de plum pudding, Gerda Christow est l’héroïne criminelle d’un roman publié en 1946, qui devait initialement[...]

  1. Le Vallon (1946).[]
  2. Une autobiographie, d’Agatha Christie. Éd. du Masque, 2002.[]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
114 marie pierre lafontaine dr

Les 20 plumes fémi­nines : Marie-​Pier Lafontaine

Cette année encore, on risque de se faire assom­mer par la vague des sor­ties de livres à l’occasion de la sacro-​sainte ren­trée lit­té­raire. Et pour affron­ter l’autre deuxième vague – au cas où on nous recon­fi­ne­rait –, mieux vaut...