fbpx

Pauline Verduzier : « Donner la parole aux vilaines filles, celles que l’on juge indé­centes »

thumbnail 200206 pauline verduzier c guillaume blot
© Guillaume Blot

Il est grand temps de don­ner la parole aux « vilaines filles ». C’est le mes­sage que Pauline Verduzier, jour­na­liste spé­cia­liste des ques­tions de genre et de sexua­li­té – qui col­la­bore notam­ment avec Causette –, nous adresse dans son livre-​enquête, Vilaines Filles, aux édi­tions Anne Carrière. D’un don­jon de domi­na­trices à Londres aux rues de Poitiers, en pas­sant par une mai­son close suisse, pen­dant deux ans, la jeune femme a mené plu­sieurs repor­tages et entre­tiens.

Au fil de ses ren­contres avec une cin­quan­taine de tra­vailleuses du sexe : des pros­ti­tuées « tra­di­tion­nelles », des escorts, des mas­seuses éro­tiques, mais éga­le­ment des clientes, Pauline Verduzier ques­tionne les sté­réo­types qui entourent le tra­vail du sexe en don­nant la parole aux concer­nées. La jour­na­liste et autrice dresse ain­si un véri­table état des lieux des normes sexuelles en 2020. Amère coïn­ci­dence d’ailleurs que Vilaines Filles sorte en ce pre­mier jour de recon­fi­ne­ment – le 30 octobre – lorsqu’on sait que les tra­vailleuses du sexe sont tou­chées de plein fouet par la crise sani­taire. Rencontre avec l’autrice d’un livre plus que néces­saire.

Causette : Qui sont ces « vilaines filles » ? 
Pauline Verduzier : L’expression « vilaines filles » est une manière de dési­gner les femmes qui ne se conforment pas aux normes de genre qui leur sont assi­gnées. C’est une manière de stig­ma­ti­ser les femmes en rai­son de leur sexua­li­té ou de leur atti­tude. J’ai consta­té qu’il existe une clas­si­fi­ca­tion sociale des femmes en fonc­tion de leur sexua­li­té réelle ou sup­po­sée. D’un côté, il y a les femmes « conve­nables, bai­sables et épou­sables ». Celles qui semblent tout droit sor­ties du grand mar­ché à la bonne meuf de Despentes [concept déve­lop­pé dans l’essai de Virginie Despentes, King Kong théo­rie, ndlr]. De l’autre, les « vilaines filles », celles qu’on juge indé­centes. Les agui­cheuses, les voleuses de maris, celles qui aiment le sexe ou qui en font un métier. En l’occurrence, dans le livre, ce sont des tra­vailleuses du sexe que j’ai ren­con­trées, des escorts girls, des domi­na­trices, des mas­seuses éro­tiques, des pros­ti­tuées les­biennes et des « tra­di­tion­nelles » dans la rue, qui défendent leur droit à être mieux pro­té­gées. Des per­sonnes invi­si­bi­li­sées ou repré­sen­tées de manière stig­ma­ti­sante, a for­tio­ri en temps de pan­dé­mie. Parmi les « vilaines filles », on compte éga­le­ment les clientes du tra­vail du sexe, qui remettent en ques­tion le mar­ché tra­di­tion­nel de la séduc­tion hété­ro­sexuelle. 

D’ailleurs, le titre du livre fait réfé­rence à ces clientes, n’est-ce pas ? 
P.V. : En effet, le titre Vilaines Filles ren­voie au nom d’une agence d’escorts les­biennes à Amsterdam, dans laquelle je me suis ren­due en repor­tage pour l’écriture de l’enquête. C’est pro­ba­ble­ment la seule agence au monde qui tra­vaille exclu­si­ve­ment avec une clien­tèle fémi­nine. Donc c’est un clin d’œil à cet endroit éton­nant qui sort des cli­chés tra­di­tion­nels sur le tra­vail du sexe. 

Sortir des cli­chés tra­di­tion­nels sur le tra­vail du sexe est votre che­val de bataille ? 
P.V. : Totalement, car j’ai remar­qué que les récits que je recueillais ne cor­res­pon­daient pas for­cé­ment aux images arché­ty­pales qu’on peut s’en faire. Par ailleurs, ce sont des per­sonnes qui sont sou­vent exclues des conver­sa­tions, et notam­ment des conver­sa­tions fémi­nistes. Donc, en tant que repor­ter et à ma petite échelle, j’ai eu envie d’interroger ces « vilaines filles » pour ques­tion­ner avec elles les normes sexuelles, les sté­réo­types de genre et la ques­tion de « capi­tal cor­po­rel ». 

Qu’entendez-vous par « capi­tal cor­po­rel » ? 
P.V. : Le capi­tal cor­po­rel, c’est l’idée qu’il y a une valeur mar­chande rat­ta­chée au corps fémi­nin dans une socié­té patriar­cale et capi­ta­liste. Les corps fémi­nins sont mon­nayables parce que dési­rables, mais en même temps mal­me­nés, invi­tés à se plier au désir mas­cu­lin et ren­voyés de fait à une date de péremp­tion sexuelle. Sans comp­ter que ce capi­tal peut être déva­lué, à cause de l’âge de la per­sonne ou parce qu'elle a eu « trop » de par­te­naires sexuels. 

Vous avez ren­con­tré une cin­quan­taine de femmes. Comment vous êtes-​vous immis­cée dans le milieu du tra­vail du sexe et com­ment avez-​vous ins­tau­ré un lien de confiance avec ces femmes ? 
P.V. : Je suis allée vers elles par le biais du repor­tage, mais ce n’est pas évident, car les tra­vailleuses du sexe n’ont pas for­cé­ment envie de par­ler aux jour­na­listes. J’ai le sou­ve­nir d’une tra­vailleuse du sexe, ins­tal­lée dans une camion­nette à Poitiers, qui m’a deman­dé : « Mais vous êtes pour nous ou contre nous ? » Ça prend du temps de gagner la confiance de ces inter­lo­cu­trices, beau­coup craignent d’être pré­sen­tées de manière dégra­dante ou stig­ma­ti­sante. Et puis écrire sur ce sujet est déli­cat, car j'ai abor­dé des sujets par­fois sen­sibles, comme celui des vio­lences, de la sécu­ri­té et des trau­mas. Mais avant tout sans les stig­ma­ti­ser. C’est un équi­libre à trou­ver lors des entre­tiens, le plus impor­tant étant de don­ner la parole aux concer­nées, aux "vilaines filles", celles qu'on juge indé­centes. 

Lire aus­si : Témoignage : « J'ai tra­vaillé dans une mai­son close »

Vous don­nez la parole aux tra­vailleuses du sexe mais éga­le­ment à leurs clientes. Pourquoi mettre ces der­nières en lumière ? 
P.V. : Il est évident que les clientes sont un phé­no­mène mino­ri­taire par rap­port à la clien­tèle mas­cu­line, mais elles sont là. D’ailleurs, je n’ai eu aucun mal à en trou­ver, notam­ment en Belgique, où le sujet est peut-​être moins tabou. Elles repré­sentent les mau­vaises femmes, car elles s’inscrivent dans une trans­gres­sion : les clientes se sous­traient au mar­ché hété­ro­sexuel tra­di­tion­nel de la ren­contre et du sexe gra­tuit et elles s’autorisent, de sur­croit, une recherche per­son­nelle de sexua­li­té. En payant un homme (ou une femme) pour leur propre plai­sir, elles brisent les normes sexuelles impo­sées par le patriar­cat. Les points de vue de ces clientes sont pré­cieux parce qu'ils per­mettent de nou­velles réflexions sur le tra­vail du sexe. 

Parmi ces femmes, quelle ren­contre vous a le plus émue
P.V. : L’histoire de Rita, 90 ans. Une cliente de l’agence d’escorts les­biennes Vilaines filles, à Amsterdam. Grâce à cette agence, Rita a eu pour la pre­mière fois de sa vie un rap­port sexuel avec une femme, à l'âge de 89 ans. Lors de notre ren­contre, elle m’avait fait part de la joie que c’était pour elle de vivre enfin la sexua­li­té dont elle avait tou­jours rêvé. 

Tout au long du récit, vous dis­til­lez des expé­riences per­son­nelles sur le rap­port que vous entre­te­nez avec votre image, votre corps, votre sexua­li­té… 
P.V. : Je parle en effet de ma propre expé­rience dans ce livre, car je ne veux pas me cacher der­rière une neu­tra­li­té jour­na­lis­tique. Plusieurs tra­vailleuses du sexe m’ont d'ailleurs deman­dé : « Qui es-​tu ? Pourquoi tu t’intéresses à nous ? » Je me suis ren­du compte qu'en effet il est impor­tant de ques­tion­ner son propre regard en tant que jour­na­liste mais éga­le­ment en tant que femme, parce que par­ler avec des tra­vailleuses du sexe, c’est aus­si s’interroger sur son propre rap­port aux normes, au couple, aux ques­tions de genre et au désir. 

Lire aus­si : Confinement : « Comme d’habitude, des putes, le gou­ver­ne­ment s’en est tam­pon­né le coquillard »

thumbnail Vilaines filles 140x205 HD
Vilaines filles, de Pauline Verduzier.
Éd. Anne Carrière.
192 pages, 18 euros.

Vous écri­vez que le confi­ne­ment s’est révé­lé très com­pli­qué pour nombre de tra­vailleuses du sexe. Selon vous, quelles seraient les prio­ri­tés pour amé­lio­rer leurs condi­tions de tra­vail ? 
P.V. : L’indifférence des auto­ri­tés envers les tra­vailleuses du sexe pen­dant le pre­mier confi­ne­ment et tout au long de la crise sani­taire est révé­la­trice de leur stig­ma­ti­sa­tion. Les asso­cia­tions de ter­rain et le Syndicat du tra­vail sexuel [Strass, ndlr] réclament un fond d’urgence pour venir en aide aux tra­vailleuses du sexe frap­pées par une insé­cu­ri­té finan­cière extrême. Ça me paraît prio­ri­taire pour aider ces per­sonnes que le nou­veau confi­ne­ment risque de plon­ger encore davan­tage dans la pré­ca­ri­té, alors qu’il s’agit déjà d’une popu­la­tion pré­ca­ri­sée. Pendant le pre­mier confi­ne­ment, les asso­cia­tions se sont orga­ni­sées pour mettre en place des cagnottes soli­daires et redis­tri­buer les gains aux plus dému­nies, mais ce n’est pas tenable sur le long terme.

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés