fbpx
thumbnail image002

No(s) dames, un livre d’entretiens pour dégen­rer l’opéra et décons­truire ses codes

Un spec­tacle, un CD… avec No(s) dames, la com­pa­gnie UP TO THE MOON décline sur plu­sieurs sup­ports sa réflexion sti­mu­lante sur les héroïnes d’opéra et leurs des­tins impla­ca­ble­ment tra­giques. No(s) Dames devient éga­le­ment un livre d’entretiens qui contri­bue, lui aus­si, à dégen­rer à l’opéra.

L’idée est née de la fas­ci­na­tion du contre-​ténor Théophile Alexandre, pour le per­son­nage de Carmen. Comme presque toutes les héroïne d’opéra, la ciga­rière meurt à la fin de l’œuvre de Bizet. Cette fin dra­ma­tique n’est pas iso­lée dans l’art Lyrique. Norma est bru­lée vive, Salomé écra­sée, Juliette se sui­cide … Une fata­li­té ? Non. Interrogée sur le sujet, la met­teuse en scène Macha Makeïeff, est caté­go­rique : « Il est vrai que dans l’écriture dra­ma­tique, cette mise à mort récur­rente de l’héroïne appa­raît comme une faci­li­té, un pon­cif, l’expression sté­réo­ty­pée d’un fan­tasme de toute puis­sance. » De cette réflexion est né le spec­tacle No(s) dames, dans lequel, inver­sant les rôles tra­di­tion­nels, Théophile Alexandre incarne vingt trois divas au des­tin funeste. Pour par­faire la décons­truc­tion de genre, c’est un qua­tuor tota­le­ment fémi­nin, le Quatuor Zaïde, qui accom­pagne les arias.

Le spec­tacle (en tour­née) décli­né en un disque, est éga­le­ment le point de départ d’un livre qui en pro­longe aujourd’hui la réflexion. Un recueil d’entretiens, menés avec finesse par la jour­na­liste Arièle Butaux. Elle a inter­ro­gé douze femmes inter­pe­lées par la musique, le genre, l’opéra et le fémi­nisme, à dif­fé­rents titres. Ainsi la phi­lo­sophe Catherine Clément, la chan­teuse Juliette, la cheffe d’orchestre Laurence Equilbey, Brigitte Lefèvre qui fut direc­trice de la danse à l’Opéra de Paris, ou encore la met­teuse en scène Macha Makeïeff, déjà citée. Arièle Butaux a recueilli, confie-​t-​elle, « des mosaïques de sou­ve­nirs, de réflexions, d’anecdotes qui des­sinent les contours du fémi­nisme d’aujourd’hui et de notre rela­tion au genre ». En effet, la ques­tion cru­ciale qui revient dans ces entre­tiens est des plus déli­cates, et de celles qui nous inter­rogent dans bien des domaines de l’art aujourd’hui : « Peut-​on conti­nuer à faire vivre des œuvres sublimes, mais qui montrent des femmes humi­liées ou mal­trai­tées ? » « Il est évident, répond Laurence Equilbey, que nous devons conti­nuer à faire tra­ver­ser le temps aux chefs‑d’œuvre, même et sur­tout s’ils heurtent notre sen­si­bi­li­té. A nous de réflé­chir à la façon de les lire aujourd’hui sans leur ôter leur force… »

Le livre No(s) dames, affiche un sous-​titre allé­chant : « Réflexions sur les cor­sets de genre de notre culture ». Le Producteur et direc­teur artis­tique de la com­pa­gnie UP TO THE MOON, Emmanuel Greze-​Masurel, a veillé sur toute les étapes : « Notre com­pa­gnie ini­tie peu de pro­jets à la fois, mais cha­cun est tra­vaillé lon­gue­ment, comme une prise de parole glo­bale, qui sus­cite le débat et tente de faire pro­gres­ser les choses. Le pro­jet No(s) Dames dépasse la ques­tion des repré­sen­ta­tions des femmes dans l’opéra. Dans ce livre nous allons à la ren­contre d’autres artistes, des écri­vaines, chan­teuses, musi­ciennes, créa­trices, philosophes…mais aus­si des femmes qui ont des postes de res­pon­sa­bi­li­tés. Dans le domaine de l’Art, elles gèrent un héri­tage patriar­cal et sont ame­nées à réflé­chir et se posi­tion­ner sur les ques­tions de genre. Elles ont le pou­voir de faire avan­cer les choses. »

Au fil des pages on savoure le kaléi­do­scope des points de vues, sub­tils ou tran­chés. Comme ceux de Catherine Clément, épin­glant les mises en scène qui tentent d’adoucir le tré­pas de la Traviata : « Cette subli­ma­tion de la sainte me met en rogne car c’est une façon d’écarter le pro­blème, et de faire oublier que les hommes sont des salo­pards épou­van­tables dans cette œuvre ! Or se voi­ler la face, ce n’est jamais la bonne solu­tion pour avancer… »

Et pour encore davan­tage de cohé­rence, tous les béné­fices du livre seront rever­sés à l’Association Présence Compositrices, dédié à la pro­mo­tion des com­po­si­trices de toutes époques et toutes natio­na­li­tés. Bonne lecture !

Spectacle NO(S) DAMES, hom­mage dégen­ré aux héroïnes d’opéra avec le contre-​ténor Théophile Alexandre et le Quatuor Zaïde, mis en scène par Pierre-​Emmanuel Rousseau. Au Trianon de Paris le 9 Janvier 2023 et en tour­née dans toute la France : toutes les dates sur www.theophilealexandre.com

Livre : No(s) dames. Réflexions sur les cor­sets de genre de notre culture. Ed. Up to the Moon, 80 Pages, 30 euros. Disponible sur Boutique.causette.fr, Presencecompsitrices.com, NoMadMusic.fr

Le livre No(s) dames. Réflexions sur les cor­sets de genre de notre culture est dis­po­nible sur notre bou­tique en ligne !

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés
114 yaa gyasi peter hurley the vilcek foundation

Les 20 plumes fémi­nines : Yaa Gyasi

Yaa Gyasi s’affirme comme l’une des grandes héritières de Toni Morrison. Révélée en 2017 avec «No Home», elle revient avec «Sublime Royaume», où elle y traite à nouveau des enfants de l’immigration africaine.