« Noires mais blanches, blanches mais noires » : la couleur des héroïnes de théâtre compte

Dans un ouvrage très documenté, la comédienne et auteure Yasmine Modestine déconstruit l’idée selon laquelle il n’y aurait pas d’héroïnes afrodescendantes dans le répertoire théâtral. Elle démontre comment elles ont disparu ou sont devenues blanches.

B1E863DA 31FF 47A0 803E 31E2CE8A5CE1
© DR

Saviez-​vous que des soldats africains de l’Empire romain furent présents aux IIe et IIIe siècles en Angleterre ? Et que la Cléopâtre de Shakespeare était tawny (basanée) et celle dessinée par Michel Ange, métissée ? Vous l’ignorez probablement, tant son image est associée à sa peau laiteuse.

Andromède, qui, dans la mythologie grecque, est une princesse éthiopienne, est devenue blanche sous la plume de Corneille. Cléanthis, Trivelin et Arlequin, personnages de L’île des esclaves, de Marivaux, sont d’anciens esclaves. Mais la pièce, un échec, fut retirée de l’affiche par son auteur et, bien qu’elle fût à son répertoire, les[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

Partager
Articles liés