fbpx

Marie Léra, la jour­na­liste à l'origine des « Désenchantées », de Pierre Loti

En 1906 paraît Les Désenchantées, de Pierre Loti, récit de la ren­contre d’un diplo­mate et écri­vain célèbre et de trois jeunes Orientales, confi­nées au harem. Une his­toire vraie où l’auteur fut le jouet d’une super­che­rie mani­gan­cée par une jour­na­liste fran­çaise fémi­niste. 

scandal in constantinople two young muslim ladies escaping from a harem illustration from le petit journal 4th february 1906 coloured engraving
© Bridgeman

Dans le Constantinople de 1904, les deux filles d’un ministre du sul­tan, Zennour et Nouryé Noury Bey, ont pour livre de che­vet Aziyadé, roman de Pierre Loti paru en 1879, dans lequel l’écrivain raconte ses amours avec une belle Circassienne*de harem. Dans les gyné­cées de la haute socié­té, les deux sœurs ren­contrent une jour­na­liste pari­sienne, dévouée à la cause des femmes turques, Marie Léra. Dans l’idée de dénon­cer les condi­tions de vie dans les harems, la jour­na­liste occi­den­tale par­vient, avec l’aide des deux sœurs Zennour et Nouryé, à écha­fau­der un plan dont Pierre Loti sera l’involontaire ins­tru­ment. 

L’écrivain voya­geur enta­mant une nou­velle mis­sion pour la marine à Constantinople, elles décident d’aller à sa ren­contre et de l’inciter à écrire une suite à Aziyadé : ce sera l’histoire de trois Antigones des harems, de jolies rebelles aux yeux de jais. Pour le convaincre, Marie Léra prend donc le voile et s’invente le per­son­nage de Leyla, cou­sine mys­té­rieuse de Zennour et Nouryé. La super­che­rie est en marche… La vraie-​fausse Leyla devien­dra, deux ans plus tard, Djénane, le per­son­nage prin­ci­pal des Désenchantées, le roman de l’obéissant Loti. 

Les Désenchantées est le récit en trompe‑l’œil de cette ren­contre otto­mane, mêlant le roman­tisme d’un Orient fan­tas­mé et le drame des grandes[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
114 Aude Lancelin la fièvre © Editions Les Liens qui libèrent

Les 20 plumes fémi­nines : Aude Lancelin

Cette année encore, on risque de se faire assom­mer par la vague des sor­ties de livres à l’occasion de la sacro-​sainte ren­trée lit­té­raire. Et pour affron­ter l’autre deuxième vague – au cas où on nous recon­fi­ne­rait –, mieux vaut...