fbpx
ag 19032022 09200
Marcello Quintanilha et son Fauve d'Or le 20 mars 2022 à Angoulême © Antoine Guibert

Marcello Quintanilha, Fauve d’Or 2022 : « C’est ça, la fave­la : l’absence béante de l’État, et les femmes qui se retrouvent à assu­mer son rôle »

Entretien avec Marcello Quintanilha, l’auteur bré­si­lien qui a reçu le week-​end pas­sé le Fauve d’Or pour sa bande des­si­née Écoute, jolie Márcia lors du fes­ti­val d’Angoulême.

Capture d’écran 2022 03 25 à 11.06.30

Dans le foyer des Regina Santos Lima, au coeur d'une fave­la bré­si­lienne, on retrouve la mère, Márcia, infir­mière qui se bat contre la fata­li­té, la fille, Jaqueline, mœurs légères et fré­quen­ta­tions lour­de­ment armées et le beau-​père, Aluísio, faux mou au vrai grand cœur. En fili­granes der­rière cette famille bran­lante que seul tient l’amour : Marcello Quintanilha. Le trio d’Écoute, jolie Márcia, ses cou­leurs explo­sives et dia­logues tru­cu­lents au ser­vice d’une intrigue dérou­lée sans accroche lui ont valu le Fauve d’Or 2022 lors du der­nier fes­ti­val de bande des­si­née d’Angoulême. Rencontré dans un café pari­sien, le quin­qua­gé­naire bré­si­lien au fran­çais fluide pré­fère gar­der son masque. Pas grave, ses yeux qui rient suf­fisent à témoi­gner de toute l’humanité qu’il insuffle à ses per­son­nages, tou­jours ambi­va­lents, jamais essentialisés.

Causette : Y a‑t-​il une vraie Márcia à l’origine de cette his­toire, dont vous vous seriez ins­pi­rée ? 
Marcello Quintanilha : Pas vrai­ment. J’avais sur­tout envie, depuis très long­temps déjà, de faire une his­toire sur l’amour mater­nel, sur une mère qui veut sau­ver sa fille et qui pour ça est prête à prendre des déci­sions radi­cales. Je crois beau­coup en le fait que l’amour nous per­met de faire des choix très durs mais néces­saires. Ce n’est pas tant que la mienne a dû faire des choix extrêmes me concer­nant [rires] mais elle a ins­pi­ré en par­tie ce per­son­nage par sa per­son­na­li­té intran­si­geante. Et le visage de mon per­son­nage est celui d’une amie, qui s’appelle Márcia elle aus­si et que je ne peux voir sans que la chan­son Écoute, jolie Márcia ne me vienne en tête.

"Ma mère n'a aucun sens cri­tique me concer­nant : d’après elle, tout ce que je crée est la plus belle œuvre qu’un être humain ait jamais conçue dans l’histoire de l’humanité"

Quelle a été la réac­tion de votre mère, jus­te­ment, quand elle a lu Écoute, jolie Márcia ? 
M.Q. : Ma mère… Ma mère n'a aucun sens cri­tique me concer­nant : d’après elle, tout ce que je crée est la plus belle œuvre qu’un être humain ait jamais conçue dans l’histoire de l’humanité. Maman, écoute ça n’est pas tout à fait vrai [rires]. Mais j’aime bien lui rendre hom­mage, d’ailleurs on la retrouve aus­si à la fin de ma BD Les lumière de Niterói [qui retrace la vie du père de Marcello, ndlr]

Comment expliquez-​vous la force de votre œuvre, ce qui vous a fait gagner le Fauve d’Or ?
M.Q. : Sans doute l’humanité des per­son­nages. Mes his­toires se passent au Brésil, dans la culture bré­si­lienne, avec des per­son­nages bré­si­liens… mais per­sonne n’a besoin d’être Brésilien ou de connaître la socié­té bré­si­lienne pour se fami­lia­ri­ser avec le récit. C’est cette uni­ver­sa­li­té qui fait que ça fonctionne. 

Bien que vous ayez quit­té le Brésil il y a presque vingt ans, les fave­las res­tent un thème récur­rent dans vos albums. Vous abor­dez cette fois la ques­tion du point de vue des femmes qui y vivent, d’où vient cette obses­sion ? 
M.Q. :
Plus que la fave­la, c’est la ques­tion de la pau­vre­té au Brésil qui me colle à la peau : elle est d’une telle pré­do­mi­nance qu’aucun Brésilien ne peut fer­mer les yeux des­sus. Et même si je ne suis pas retour­né là-​bas en créant Écoute, jolie Márcia à cause de la crise sani­taire, je n’ai qu’à plon­ger dans mon for inté­rieur pour recueillir, voir des choses de ce pays, parce que le Brésil est tou­jours avec moi, il m’a consti­tué comme être humain. 
En fait, ce qui m’intéresse le plus c’est de tra­vailler la façon dont mes per­son­nages sont façon­nés par le cadre socié­tal, com­ment leurs condi­tions sociales les enve­loppent et les limitent en même temps. 

Les femmes par­ti­cu­liè­re­ment ? 
M.Q. : Je crois que oui, les femmes sont tou­jours beau­coup plus sacri­fiées que les hommes dans la socié­té, de façon géné­rale mais encore plus dans une socié­té où l’État n’est pas pré­sent. Parce que c’est ça, la réa­li­té de la fave­la : l’absence béante de l’État, et les femmes qui se retrouvent à assu­mer son rôle.
Après, en ce qui concerne mon tra­vail, je ne choi­sis pas de façon consciente le genre de mes per­son­nages, l’histoire s’impose à moi. Mais je constate quand même que ça crée des réac­tions très dif­fé­rentes dans mon public. Par exemple, dans Talc de verre [sor­ti en 2016, ndlr], une série de lec­teurs m’ont par­lé de Rosalina [le per­son­nage prin­ci­pal, dont on suit la des­cente aux enfers, ndlr], en me disant qu’elle était malade, folle, qu’on ne pou­vait croire en ce per­son­nage car elle se com­porte comme aucune femme ne le ferait. Je trouve ça fabu­leux que quelqu’un sache avec exac­ti­tude ce qu’est capable de faire ou non une femme. Rien que ça ! [rires] Et tous ceux qui m’ont dit ça… étaient des hommes. Aucune femme ne m’a jamais tenu un dis­cours pareil. Au contraire, elles sem­blaient appré­cier la com­plexi­té du per­son­nage. 
Et hon­nê­te­ment, ça me gave de tra­vailler avec ces his­toires d’« uni­vers fémi­nin » ou d’« uni­vers mas­cu­lin » parce je ne sais pas com­ment une femme pense, je ne sais pas com­ment un homme pense. 

"J’aime beau­coup qu’on sente dans mon tra­vail l’influence de la tech­nique, qu’elle soit per­cep­tible. Ça vient d’une tra­di­tion de la peinture"

Dans vos pré­cé­dents albums, vous uti­li­sez des palettes de cou­leurs très dif­fé­rentes de ce qu’on retrouve ici. On passe du noir et blanc et des tona­li­tés plu­tôt froides à des cou­leurs « car­na­va­lesques » dans Écoute, jolie Marcia. Quel est l’effet que vous vou­liez créer ? 
M.Q. : J’avais envie de trans­mettre quelque chose de très spé­ci­fique : cette forme de décon­nexion avec la réa­li­té qu’il y a aujourd’hui au Brésil, au niveau poli­tique pré­ci­sé­ment. C’est ce qui a per­mis l’élection de Bolsonaro et qui s’explique pro­ba­ble­ment par les crises du capi­ta­lisme et les révo­lu­tions numé­riques. C’est pour ça que j’ai choi­si de ne pas faire cor­res­pondre les cou­leurs de l’histoire [ les peaux sont vio­lettes, le ciel vert, etc., ndlr] aux cou­leurs du monde réel. 
Et puis, ce rap­port à la cou­leur vient aus­si de mon évo­lu­tion de par­cours avec les outils numé­riques. J’aime beau­coup qu’on sente dans mon tra­vail l’influence de la tech­nique, qu’elle soit per­cep­tible. Ça vient d’une tra­di­tion de la pein­ture, qu’on retrouve par exemple chez Vermeer mais aus­si dans la bande-​dessinée avec Roy Crane.

Vous avez par­lé des cou­leurs, qui sont très dif­fé­rentes de ce qu’on constate dans vos pré­cé­dents albums, mais le trait aus­si a chan­gé : il est sim­pli­fié, pour­quoi ? 
M.Q. : À nou­veau, c’est parce que je vou­lais vrai­ment que la cou­leur soit l’acteur prin­ci­pal. Que le lec­teur, quand il ouvre le livre, res­sente une explo­sion de teintes. Le trait est plus dis­cret, presque inexis­tant pour don­ner l’impression que j’ai « des­si­né avec la cou­leur ». 
Je suis auto­di­dacte mais j’ai beau­coup d’influences qui viennent de la bande-​dessiné, notam­ment franco-​belge : Edgar P. Jacobs [créa­teur de Blake et Mortimer, ndlr] , Jean-​Louis Floch [des­si­na­teur de la série des Jacopo, ndlr], François Boucq [à l’origine des Aventures de Jérôme Moucherot, ndlr]

Et pour­quoi cette res­sem­blance gra­phique entre Marcia et Jaqueline ? 
M.Q. : C’est comme si Marcia se par­lait à elle-​même tout le temps. Elle se recon­naît dans sa fille : d’une cer­taine façon, elle lui rap­pelle un aspect enfoui de sa propre per­son­na­li­té. Peut-​être qu’elle veut se sau­ver elle-​même à tra­vers Jaqueline.

Écoute, jolie Márcia, de Marcello Quintanilha, aux édi­tions Çà et là, 128 pages, 22 euros.

Lire aus­si l Grand Prix d'Angoulême : Julie Doucet, pure consé­cra­tion de la ligne crade

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés