fbpx

Les conseils bou­quins de Causette à offrir pour Noël

Jingle bells, jingle bells… Voici notre sélec­tion de bou­quins à offrir à toute votre sma­la. À vous pro­cu­rer chez votre libraire pré­fé­ré, bien sûr ! Vade retro, Amazon et consorts ! 

Pour les mateuses

117 livre berthz wehnert beckmann
© Berthz Wehnert Beckmann

Au-​delà des quelques noms connus (Cindy Sherman, Dorothea Lange, Diane Arbus, Sally Mann), com­bien de femmes pho­to­graphes oubliées, dis­cré­di­tées, effa­cées au pro­fit de leurs homo­logues mas­cu­lins. Qui connaît la Britannique Yevonde Cumbers (1893−1975), alias « Madame Yevonde », pion­nière de la cou­leur dans les années 1930 ? Qui a déjà enten­du par­ler de la fémi­niste nor­vé­gienne Solveig Lund (1868−1943) et de ses por­traits de femmes en cos­tumes tra­di­tion­nels ?

117 LIVRE une histoire mondiale des femmes photographes © Editions
Une his­toire mon­diale
des femmes pho­to­graphes,
sous la direc­tion
de Luce Lebart et Marie Robert. éd. Textuel,
504 pages, 69 euros.

Par sa taille mais sur­tout par son ambi­tion, cette Histoire mon­diale des femmes pho­to­graphes est un pavé jeté dans la mare de la pho­to­gra­phie. Un véri­table mani­feste poli­tique. Pour dres­ser cet inven­taire de trois cents créa­trices, sur une période allant de l’invention du médium jusqu’à l’aube du XXIe siècle, les his­to­riennes de la pho­to­gra­phie Luce Lebart et Marie Robert ont fait appel à près de cent soixante autrices du monde entier pour élar­gir le spectre de leurs recherches au-​delà de l’Occident.

Au fil de ces courts por­traits émaillés de superbes cli­chés, on découvre que l’appareil pho­to est un outil d’émancipation pour les femmes, qui leur per­met d’obtenir une auto­no­mie finan­cière et d’influer sur le cours du monde. Armée de son Kodak, l’Anglaise Alice Seeley Harris (1870−1970) a ain­si dénon­cé les atro­ci­tés com­mises sur le peuple congo­lais. Le pre­mier lan­ceur d’alerte de l’histoire contem­po­raine était donc une femme pho­to­graphe. J.B.



Pour les keu­pons

117 livre face it editions harper collins
Face It, de Debbie Harry. éd. Harper Collins,
368 pages, 20,90 euros.

« Face it » signi­fie « regar­der la véri­té en face ». C’est pré­ci­sé­ment ce que fait Debbie Harry, pion­nière du rock fémi­nin amé­ri­cain avec le groupe Blondie, dans son auto­bio­gra­phie. Icône punk, sex-​symbol glam-​rock, égé­rie de la scène under­ground new-​yorkaise, actrice pour John Waters puis acti­viste des causes queer et LGBT, il y a de quoi faire pour ali­men­ter le récit ! Agrémenté de nom­breuses pho­tos, brouillons de textes, cro­quis, l’ensemble est fidèle à son image : pudique et bavard, sou­vent élé­gant et par­fois crade, cachot­tier ou bien sin­cère (l’absence de parents et d’enfants, le culte de l’underground, la drogue, New York,etc.). Un patch­work sai­sis­sant. 

117 livre L année du singe © Editions Gallimard
L’Année du singe, de Patti Smith.
éd. Gallimard, 184 pages, 18 euros.

L’Année du singe est, lui aus­si, une sorte de puzzle. Il rap­pelle que si Just Kids reste le livre le plus connu de Patti Smith, la musi­cienne et chan­teuse en a publié presque autant (treize) qu’elle n’a com­po­sé d’albums (quinze). Si 2016, année de ses 70 ans, lui fut sombre, c’est pour les affres que nous lirons ici, et qu’elle dépasse par ces récits : la perte d’amis, la sale­té de la cam­pagne élec­to­rale amé­ri­caine, mais aus­si les cou­lisses de concerts. Entre car­nets de route, médi­ta­tions cha­ma­nistes et micro-​fictions qui montrent com­ment l’art et la poé­sie lui servent tou­jours à
res­ter rock. H.A.


Pour les tacleuses

117 livre one life editions stock

One Life, de Megan Rapinoe. écrit avec Emma Brockes.
éd. Stock, 288 pages, 20,50 euros.

Charismatique et ultra loo­kée (avec ses che­veux blonds, gris ou vio­lets), c’est l’une des grandes figures du sport mon­dial : Megan Rapinoe, 35 ans, co-​capitaine de l’équipe amé­ri­caine de foot­ball fémi­nin, avec qui elle a gagné deux Coupes du monde et une Olympiade. Elle fut, en 2012, la pre­mière grande joueuse à faire son coming-​out. Et 2016, l’une des pre­mières à s’agenouiller sur le ter­rain pen­dant l’hymne amé­ri­cain (ces fameux « Take a Knee » pour dénon­cer les vio­lences poli­cières[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
capture decran 2020 09 24 a 18.09.06

Les 20 plumes fémi­nines : Ann Scott

Cette année encore, on risque de se faire assom­mer par la vague des sor­ties de livres à l’occasion de la sacro-​sainte ren­trée lit­té­raire. Et pour affron­ter l’autre deuxième vague – au cas où on nous recon­fi­ne­rait –, mieux vaut...