Les 20 plumes féminines : Faïza Guène

Cette année encore, on risque de se faire assommer par la vague des sorties de livres à l’occasion de la sacro-​sainte rentrée littéraire. Et pour affronter l’autre deuxième vague – au cas où on nous reconfinerait –, mieux vaut s’armer de bonnes lectures. Causette n’a choisi que des autrices. Discrimination positive assumée. Des plumes belles et rebelles qui ne devraient pas vous laisser indemnes. Voici celle de Faïza Guène.

114 faiza guene camille millerand
© Camille Millerand

Yamina n’aime pas déranger. Et elle n’aime pas non plus qu’on se dérange pour elle. Yamina vit dans la discrétion. Et refuse de s’offusquer quand un agent de l’État l’infantilise à la préfecture ou que son médecin de famille fait preuve de paternalisme à son égard. Mais pour[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

 

identifiez-vous pour lire le contenu

Ou

Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois

Partager
Articles liés
carte1 2

Ernestine Chassebœuf, l’épistolière sans visage

De sa plume Sergent-Major, une vieille dame inonda un temps le pays de lettres de réclamation au style aussi truculent que naïf. Si elle acquit ainsi une certaine notoriété, personne ne l’ayant jamais rencontrée, le mystère plane sur son identité.