fbpx

Les 20 plumes fémi­nines : Faïza Guène

Cette année encore, on risque de se faire assom­mer par la vague des sor­ties de livres à l’occasion de la sacro-​sainte ren­trée lit­té­raire. Et pour affron­ter l’autre deuxième vague – au cas où on nous recon­fi­ne­rait –, mieux vaut s’armer de bonnes lec­tures. Causette n’a choi­si que des autrices. Discrimination posi­tive assu­mée. Des plumes belles et rebelles qui ne devraient pas vous lais­ser indemnes. Voici celle de Faïza Guène.

114 faiza guene camille millerand
© Camille Millerand

Yamina n’aime pas déran­ger. Et elle n’aime pas non plus qu’on se dérange pour elle. Yamina vit dans la dis­cré­tion. Et refuse de s’offusquer quand un agent de l’État l’infantilise à la pré­fec­ture ou que son méde­cin de famille fait preuve de pater­na­lisme à son égard. Mais pour[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
capture decran 2023 01 10 a 17.30.47

"Petite sale", un bon roman noir

Si l’intrigue de Petite sale respecte les codes du polar, le récit vaut aussi pour la façon dont l’autrice l’utilise pour illustrer la hiérarchie des classes sociales et des genres dans une France où les femmes étaient toujours en bas de l’échelle.