fbpx

Le conseil de lec­ture de Daniel Pennac : « Retenir les bêtes », de Magnus Mills

Chaque mois, un·e auteur·e que Causette aime nous confie l’un de ses coups de cœur lit­té­raires.

PENNAC Daniel Photo 2018 Francesca Mantovani Editions Gallimard 429V2
© F. Mantovani /​Gallimard

Assez com­pli­quée, cette his­toire de pépite. Rien que ces der­niers temps, entre La Petite Lumière, d’Antonio Moresco, chez Verdier ; D’acier, de Silvia Avallone, chez Liana Levi ; Une his­toire de France, de Joffrine Donnadieu, chez Gallimard ; Le Ghetto inté­rieur, de Santiago H. Amigorena, chez P.O.L, j’ai crou­lé sous les pépites. Mais non, râlait Causette, on veut du moins connu, du raris­sime. J’ai dit je n’ai pas ça en maga­sin et j’ai rac­cro­ché.

Puis, je me suis sou­ve­nu. Ça ­s’appelait Retenir les bêtes. D’un cer­tain Magnus Mills. Un Anglais. Ça ne racon­tait abso­lu­ment rien, mais c’était pour­tant le sus­pense des sus­penses ! J’en suis res­té scot­ché dans mon[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
anzin greves

Anzin, février 1884 : Zola va au char­bon

Bientôt adapté sous la forme d’une mini-série pour France 2 après l’avoir été au cinéma par Claude Berri en 1993, Germinal n’est pas né que de l’imagination d’Émile Zola. L’écrivain s’est en effet fortement inspiré du combat de mineurs nordistes...

carte1 2

Ernestine Chassebœuf, l’épistolière sans visage

De sa plume Sergent-Major, une vieille dame inonda un temps le pays de lettres de réclamation au style aussi truculent que naïf. Si elle acquit ainsi une certaine notoriété, personne ne l’ayant jamais rencontrée, le mystère plane sur son identité.