Le conseil de lecture de Mathias Malzieu : « L’Écume des jours », de Boris Vian

Chaque mois, un·e auteur·e que ­C­ausette aime nous confie l’un de ses coups de cœur littéraires. 

98 Mathias Malzieu lécume des jours © V.de Clausade
© V. de Clausade

C’est difficile à imaginer aujourd’hui, mais Boris Vian est longtemps resté un écrivain « inconnu au bataillon ». Même L’Écume des jours, devenu entre-​temps un classique, est sorti dans l’anonymat. C’est la raison pour laquelle je me permets de contourner un petit peu votre exercice. 
Était-​ce son côté dynamiteur de cloisons qui déplaisait au milieu littéraire de l’époque ? Lui qui était un raconteur d’histoires au sens large, grand large. Écrivain, journaliste, poète, chansonnier, directeur artistique de maison de disques, trompettiste, pataphysicien… Était-​ce un procès en « multipliance » ?
À moins que ce ne fût son sens de la dérision, sa fantaisie chevillée au cœur ? Sa liberté trop ébouriffée ?
On aimerait bénéficier d’une[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

 

identifiez-vous pour lire le contenu

Ou

Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois

Partager
Articles liés
114 yaa gyasi peter hurley the vilcek foundation

Les 20 plumes féminines : Yaa Gyasi

Yaa Gyasi s’affirme comme l’une des grandes héritières de Toni Morrison. Révélée en 2017 avec «No Home», elle revient avec «Sublime Royaume», où elle y traite à nouveau des enfants de l’immigration africaine.