fbpx

Lauren Bastide : « En tant que fémi­niste, j’ai sou­vent l’impression de pis­ser dans un violon »

Lauren Bastide © Franck Aubry
La jour­na­liste Lauren Bastide. © Franck Aubry

Dans son livre Présentes. Ville, médias, poli­tique… Quelle place pour les femmes ?, la jour­na­liste dresse le constat de l’absence des femmes dans la vie publique. 

Lauren Bastide, jour­na­liste et fon­da­trice du pod­cast La Poudre, fait sa ren­trée en librai­rie avec Présentes. Ville, médias, poli­tique… Quelle place pour les femmes ?*, livre dans lequel elle pointe l’accablant constat de la sous-​représentation des femmes dans toutes les sphères de la vie publique, avec force chiffres et don­nées. Cet ouvrage au ton per­son­nel, dans lequel elle mar­tèle l’importance pour les femmes de par­ler à la pre­mière per­sonne pour « prendre la place qui leur est due », met aus­si en avant le tra­vail de dizaines de cher­cheuses et mili­tantes dans un geste de soro­ri­té intel­lec­tuelle. Causette lui a posé quelques questions.

Causette : Dans votre livre, vous citez des tonnes de chiffres sur l’invisibilisation des femmes. Lequel vous met le plus en colère ?
Lauren Bastide : Celui du Global Media Monitoring Project de 2015 qui dit qu’en France, les femmes n’ont que 24 % du temps de parole média­tique. En gros, les hommes sont trois fois plus pré­sents ! Le der­nier rele­vé date de 2015 et ça ne paraît que tous les cinq ans, donc on attend la ver­sion 2020 de leur rap­port, mais je doute que ça ait pro­gres­sé. C’est ce chiffre qui a tout déclen­ché chez moi et qui est à l’origine de ma prise de conscience[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
de kerangal maylis 2018 photo francesca mantovani editions gallimard 5616r a

La recom­man­da­tion lec­ture de Maylis de Kerangal

Chaque mois, un auteur, une autrice, que Causette aime, nous confie l’un de ses coups de cœur littéraires. "Que sais-​je ? Géniale ambi­guï­té d’une ques­tion qui ren­voie tout autant au savoir qu’à l’ignorance et déboucle un espace...