fbpx

La sélection de mars 2019

98 mes bien chères soeurs Delaume Manifesto © Hermance Triay 1
© Hermance Triay

Mes bien chères sœurs, de Chloé Delaume

Être écrivain, c’est faire corps avec la littérature. S’il en est une qui l’a compris, c’est bien Chloé Delaume, dont la biographie et l’œuvre sont tatouées à l’encre de l’innommable (l’assassinat de sa mère par son père, les passes dans un bar à hôtesses). Alternant toujours autofictions, romans et autres mises en scène, elle offre ici un manifeste qui envoie du lourd. Elle enterre le « couillidé » et le « papatriarcat », célébrant l’irruption de la « quatrième vague du féminisme » apparue depuis la révolution numérique. En incluant des épisodes de sa propre vie, elle retrace une brève histoire des féminismes et en appelle à une solidarité qui serait une « sororité » : « C’est pour ça que j’écris, mes amies inconnues. Pour que circulent les armes autant que la parole, pour que se pense un monde hors de toute érection. […] Fraternité existe, sororité aussi. Utiliser ce mot, c’est modifier l’avenir. » Texte court, enchaînements enivrants, verbe incisif : un manifeste écrit au principe actif. H. A.

Mes bien chères sœurs, de Chloé Delaume. Éd. Seuil, 132 pages, 13,50 euros. Sortie le 7 mars. 

La Femme mystifiée, de Betty Friedan

C’est l’ouvrage majeur qui a donné naissance à la ­deuxième[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

 

identifiez-vous pour lire le contenu

Ou

Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois

Partager
Articles liés
114 marie pierre lafontaine dr

Les 20 plumes féminines : Marie-​Pier Lafontaine

Cette année encore, on risque de se faire assommer par la vague des sorties de livres à l’occasion de la sacro-​sainte rentrée littéraire. Et pour affronter l’autre deuxième vague – au cas où on nous reconfinerait –, mieux vaut s’armer de...

114 yaa gyasi peter hurley the vilcek foundation

Les 20 plumes féminines : Yaa Gyasi

Yaa Gyasi s’affirme comme l’une des grandes héritières de Toni Morrison. Révélée en 2017 avec «No Home», elle revient avec «Sublime Royaume», où elle y traite à nouveau des enfants de l’immigration africaine.