fbpx

La sélec­tion BD de novembre 2020

116 BD A VOLONTE © Editions Delcourt 3

© Éd. Delcourt

Trois pépites ce mois-​ci avec À volon­té qui s'attaque avec humour à la gros­so­pho­bie ordi­naire, Le Manifeste des 343 qui revient sur cet évé­ne­ment his­to­rique mar­quant pour le droit des femmes, et Maison ronde qui nous plonge dans l'univers de Radio France.

À volon­té – Tu t'es vue quand tu manges ?

116 bd couv A VOLONTE © Editions Delcourt
À volon­té – Tu t’es vue quand tu manges ?
de Mathou et Mademoiselle Caroline. 
Éd. Delcourt, 128 pages, 17,95 euros. 

L’une s’appelle Mademoiselle Caroline. L’autre s’appelle Mathou. Vous connais­sez sans doute déjà leurs nom­breuses BD, dans les­quelles elles se racontent avec humour et légè­re­té. Voilà que les deux autrices et des­si­na­trices s’associent dans un ouvrage à quatre mains pour évo­quer un sujet avec lequel cha­cune d’elles bataille depuis des années : le poids. La façon dont elles vivent avec, pas tou­jours évi­dente. Mais, sur­tout, le regard de notre socié­té qui, sans même s’en aper­ce­voir, fait vivre un cal­vaire et une culpa­bi­li­té per­ma­nente aux concerné·es. Caro, 46 ans, trois enfants, est « née avec des kilos en trop ». Mathou, 37 ans, un enfant, a « des kilos en trop depuis trop long­temps ». Ainsi se présentent-​elles en intro­duc­tion, avant de nous embar­quer, sans jamais se dépar­tir de leur humour, dans leur quo­ti­dien de grosse. Des remarques dépla­cées des méde­cins aux ven­deuses qui croient vous faire plai­sir en vous offrant des échan­tillons de crèmes amin­cis­santes ; des amis qui vous assurent qu’ils vous aiment « comme vous êtes » au moni­teur de kayak qui hurle devant tout le monde « y a des tailles XXL ? » pour les gilets de sau­ve­tage, en pas­sant par les ascen­seurs[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
114 marie pierre lafontaine dr

Les 20 plumes fémi­nines : Marie-​Pier Lafontaine

Cette année encore, on risque de se faire assom­mer par la vague des sor­ties de livres à l’occasion de la sacro-​sainte ren­trée lit­té­raire. Et pour affron­ter l’autre deuxième vague – au cas où on nous recon­fi­ne­rait –, mieux vaut...