fbpx
Capture d’écran 2021 03 01 à 15.21.57
Marie Donnadieu entourée de ses enfants, vers 1921. De gauche à droite : Pierre, Marguerite et Paul.

Duras et sa mère : l’impossible répa­ra­tion

Christian Jouvenot est psy­chiatre et psy­cha­na­lyste. Il est l’auteur de La Folie de Marguerite et d’Aimer Duras. Il nous parle de Marie Donnadieu, la mère de Marguerite Duras. Celle dont l’auteure ne ces­se­ra de par­ler dans ses livres, ten­tant déses­pé­ré­ment d’attirer son atten­tion et dont elle dira : « C’est à cause d’elle que je me suis mis dans la tête de faire de la lit­té­ra­ture. »

Causette : Quel diag­nos­tic faites-​vous de la folie de Marie Donnadieu ?Christian Jouvenot : Je ne me per­met­trais pas de faire un diag­nos­tic. Mais je dirais que c’était une femme pro­fon­dé­ment dépres­sive et mélan­co­lique qui lut­tait contre sa dépres­sion. Elle avait un carac­tère de cochon. C’était une emmer­deuse. Et très nar­cis­sique. Il faut l’être pour construire un bar­rage contre le Pacifique. Elle était très atta­chée[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
carte1 2

Ernestine Chassebœuf, l’épistolière sans visage

De sa plume Sergent-Major, une vieille dame inonda un temps le pays de lettres de réclamation au style aussi truculent que naïf. Si elle acquit ainsi une certaine notoriété, personne ne l’ayant jamais rencontrée, le mystère plane sur son identité.