Déborah Levy, la liberté en œuvre

C’est la saison des prix littéraires. Très peu connue en France, Deborah Levy a remporté lundi 2 novembre le prix Femina étranger pour un diptyque autobiographique paru aux éditions du Sous-​sol. Elle y réexamine sa vie au prisme de son émancipation progressive. 

deborah levy 27.2.17
©Sheila Burnett

Un prix Femina, voilà qui devrait faire un peu de place à Deborah Levy en France. Jusqu’ici peu traduite dans notre langue, l’écrivaine multiprimée au Royaume-​Uni, pour sa dizaine de livres (romans, non-​fiction, poésie), se présente à nous à travers un diptyque autobiographique en forme de manifeste littéraire et féministe. Jalons de probables traductions futures, Ce que je ne veux pas savoir et Le coût de la vie habillent d’un regard[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
anzin greves

Anzin, février 1884 : Zola va au charbon

Bientôt adapté sous la forme d’une mini-série pour France 2 après l’avoir été au cinéma par Claude Berri en 1993, Germinal n’est pas né que de l’imagination d’Émile Zola. L’écrivain s’est en effet fortement inspiré du combat de mineurs nordistes...