fbpx
VEGA  CarmenMaria 1 4 A
© A. Di Crollalanza / Flammarion

Carmen Maria Vega : « Un ami, c'est celui qui est bran­ché en Wi-​Fi avec vos émotions »

On la connaît pour ses chan­sons, sa voix et sa per­for­mance dans la comé­die musi­cale Mistinguett. Reine des années folles. Ou comme actrice dans la pièce mul­ti­ré­com­pen­sée Le Gros Diamant du prince Ludwig. Aujourd’hui, elle raconte son incroyable his­toire dans un livre : Le Chant du bouc. Adoptée au Guatemala à l’âge de 3 mois, elle se lance dans une enquête sur ses ori­gines et découvre qu’elle a été vic­time d’un tra­fic d’enfants. Carmen Maria Vega répond à notre Questionnaire de Woolf.

Causette : Les livres mar­quants de la « biblio­thèque » de vos parents ? 

Carmen Maria Vega  : Mon père lit prin­ci­pa­le­ment des bandes des­si­nées, et ma culture de la SF a com­men­cé grâce à la BD Le Vagabond des limbes, créée par le des­si­na­teur Julio Ribera et par le scé­na­riste Christian Godard. C’était un peu éro­tique par moments, j’avais l’impression de lire des choses inter­dites mais faci­le­ment à ma por­tée. J’en garde des sou­ve­nirs émus. Par la suite, j’ai com­men­cé à m’attaquer à Stephen King, mon frère avait abso­lu­ment tous ses livres. Ça a conti­nué de for­ger ma pas­sion pour le sur­na­tu­rel, l’horreur, les fan­tômes, les cime­tières indiens et autres réjouis­sances de villes déser­tiques des contrées oubliées des États-​Unis. J’avais[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
carte1 2

Ernestine Chassebœuf, l’épistolière sans visage

De sa plume Sergent-Major, une vieille dame inonda un temps le pays de lettres de réclamation au style aussi truculent que naïf. Si elle acquit ainsi une certaine notoriété, personne ne l’ayant jamais rencontrée, le mystère plane sur son identité.