fbpx

Amandine Gay : repen­ser les droits des adopté·es

Dans Une pou­pée en cho­co­lat, la réa­li­sa­trice et mili­tante afro­fé­mi­niste Amandine Gay démontre que, pour pro­té­ger les droits des per­sonnes adop­tées, des mères bio­lo­giques et, même, de toutes et tous les enfants, il existe une solu­tion : débou­lon­ner la vision tra­di de la famille et ins­tau­rer une jus­tice repro­duc­tive. 

0f4a0110ok a
©Salomé Oyallon pour Causette

Causette : En quoi l’expérience des per­sonnes adop­tées est-​elle poli­tique ?
Amandine Gay : Lorsqu’il y a un mineur iso­lé, il y a for­cé­ment une his­toire avant. Cette his­toire peut être lue sous le prisme de la jus­tice repro­duc­tive, c’est-à-dire l’intégration des rap­ports de classes, de la supré­ma­tie blanche, du genre et du vali­disme dans les ques­tions de contra­cep­tion, d’accès à l’avortement et de faire famille. Pour que des familles soient créées par l’adoption, il faut par exemple que d’autres aient été sépa­rées, détruites. Que ce soit par des pro­blèmes de pré­ca­ri­té, de vio­lence, qui empêchent les femmes d’élever un enfant dans de bonnes condi­tions. Ou, dans le cadre de l’adoption inter­na­tio­nale, à cause des famines, d’épidémies, de guerres. Quelque part, on gère l’infertilité dans les pays du Nord à par­tir des inéga­li­tés sys­té­miques dans les pays du Sud ou de l’Est. En cela, l’adoption inter­na­tio­nale est une ins­ti­tu­tion bio­po­li­tique. Mais le monde occi­den­tal le masque, à tra­vers un dis­cours huma­ni­taire de « sau­ve­tage des enfants pauvres ». Ce qui met d’ailleurs les per­sonnes adop­tées face à l’injonction de for­mu­ler une gra­ti­tude parce qu’elles auraient « de la chance ».

« On gère[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
0f4a0110ok a

Amandine Gay : repen­ser les droits des adopté·es

Dans Une poupée en chocolat, la réalisatrice et militante afroféministe Amandine Gay démontre que, pour protéger les droits des personnes adoptées, des mères biologiques et, même, de toutes et tous les enfants, il existe une solution : déboulonner...