« 11 Septembre, une his­toire orale », un livre cho­ral sur le trau­ma­tisme d’une nation

Le 11 sep­tembre 2001, quatre avions de ligne détour­nés par dix-​neuf ter­ro­ristes d’al-Qaïda frap­paient les États-​Unis, fai­sant près de 3 000 vic­times. Vingt ans après sort en France, 11 Septembre, une his­toire orale, de Garrett M. Graff aux édi­tions Les Arènes. Un livre pré­cieux dans lequel l’auteur nous fait revivre à tra­vers 500 témoi­gnages ce mar­di noir de l’histoire contem­po­raine. 

Raconter avec jus­tesse l’histoire d’un évé­ne­ment tra­gique tel qu’il fut vrai­ment vécu n’est pas chose aisée. Surtout lorsqu’il s’agit du 11 sep­tembre 2001 et qu’il existe plé­thore d’images d’archives, de livres, de films et de docu­men­taires sur le sujet. Mais l’ambition et la puis­sance de l’ouvrage colos­sal – 529 pages – de Garrett M. Graff, paru en France le 9 sep­tembre aux édi­tions Les Arènes, est de cap­tu­rer la manière dont les Américain·es, d’un océan à l’autre, ont vécu les atten­tats dans leur chair. L’historien et jour­na­liste amé­ri­cain s’est don­né pour mis­sion de docu­men­ter ce qui s’est joué dans leur tête tout au long de ce mar­di tra­gique au cours duquel 2 977 per­sonnes de 90 natio­na­li­tés dif­fé­rentes ont per­du la vie. Dans 11 sep­tembre, une his­toire orale, le·la lecteur·rice res­sent jusqu’à la der­nière page l’incompréhension, la sidé­ra­tion, la peur, le chaos et la peine qu’a éprou­vée une nation. Mais éga­le­ment l’amour, l’héroïsme, l’espoir et la soli­da­ri­té nés du pire. 

Spécialiste du contre-​terrorisme, de la cyber­sé­cu­ri­té et du ren­sei­gne­ment, Garrett M. Graff a tra­vaillé pen­dant deux ans avec l’historienne amé­ri­caine Jenny Pachucki, qui a consa­cré sa car­rière aux témoi­gnages oraux du 11-​Septembre. Les col­lègues ont patiem­ment éplu­ché plus de 5 000 his­toires orales enre­gis­trées et archi­vées aux quatre coins du pays. Puis en ont sélec­tion­né 400, aux­quelles s’ajoutent les 80 entre­tiens menés par l’auteur, ain­si que la trans­crip­tion d’enregistrements de mes­sages vocaux, d’appels télé­pho­niques aux ser­vices d’urgences et de cap­ta­tions audio. Ensemble, ces fla­sh­bulb memo­ries (sou­ve­nirs soli­de­ment ancrés dans notre mémoire) com­posent une fresque dou­lou­reuse qui donne aux lecteur·rices la sen­sa­tion de revivre cette jour­née, minute par minute. Les témoi­gnages bruts et courts du trau­ma­tisme amé­ri­cain le plus vif depuis Pearl Harbor (1941) sont com­po­sés des impres­sions sur le coup et des récits sur l’impact du 11-​Septembre sur leur exis­tence. 

Témoins directs et indi­rects 

Dans 11 Septembre, une his­toire orale, on entend les témoins directs des atten­tats : le sou­la­ge­ment des survivant·es qui sont sorti·es à temps des deux tours et du Pentagone et le cal­vaire des pre­miers secours qui n’ont pas hési­té à s’engouffrer dans la four­naise. Garrett M. Graff fait aus­si entendre les voix des proches des vic­times atten­dant dése​spérément des nou­velles de leurs êtres chers et les mes­sages d’adieux que celles et ceux qui, coin­cés dans les avions détour­nés ou dans les tours, ont lais­sés sur les répon­deurs de leurs proches. Garrett G. Graff inclut éga­le­ment les témoi­gnages des badauds assis­tant impuis­sants en direct à la tra­gé­die et qui n’oublieront jamais l’image des désespéré·es sau­tant des étages comme l’odeur âcre de des­truc­tion qui flot­tait sur New York ce jour-​là et les sui­vants. 

On entend éga­le­ment – et c’est là toute la force du livre – les témoins indi­rects du 11-​Septembre. Les centres de contrôles aériens, pre­miers à être aver­tis des quatre détour­ne­ments, les jour­na­listes des chaînes d’info qui ont dû trai­ter les pre­miers atten­tats retrans­mis en direct et les enseignant·es qui ont dû expli­quer l’inexplicable à leurs élèves. L’auteur ajoute aus­si les témoi­gnages d’employé·es du gou­ver­ne­ment et des ser­vices secrets qui ont dû prendre sur le vif des déci­sions et des réponses appro­priées dans un contexte inédit, qui dépas­sait alors l’imagination. De Manhattan à Arlington (Virginie), en pas­sant par Shanksville (Pennsylvanie) et l’école pri­maire de Sarasota en Floride où se trou­vait le pré­sident George W. Bush, Garrett G. Graff dresse un pano­ra­ma com­plet du 11 sep­tembre 2001. 

Histoire col­lec­tive

Des cen­taines d’histoires indi­vi­duelles et sin­gu­lières qui, tis­sées les unes aux autres, se regroupent pour for­mer une his­toire col­lec­tive. « Le temps qui passe rend d’autant plus cru­cial le sou­ve­nir du 11-Septembre », affirme d’ailleurs Garrett G. Graff dans son livre. Maintenant qu’une géné­ra­tion entière est née depuis, il est en effet plus que jamais néces­saire de se rap­pe­ler. À l’occasion du ving­tième anni­ver­saire, le plus bel hom­mage que l’on peut rendre aux disparu·es, aux survivant·es et aux orphelin·es est de com­prendre ce qu’ont pu vivre et res­sen­tir les témoins directs et indi­rects pen­dant cette jour­née faus­se­ment enso­leillée.

Et alors que s’ouvre cette semaine le pro­cès du pre­mier atten­tat de masse en France, celui du 13 novembre 2015, 11 Septembre, une his­toire orale montre com­bien la nar­ra­tion col­lec­tive per­met de conti­nuer à construire le futur com­mun que les ter­ro­ristes vou­laient détruire dans le sang et la haine.

leseulavion ok.indd

11 Septembre, une his­toire orale, de Garrett M. Graff, tra­duit de l’anglais (États-​Unis) par Jérôme Schmidt. Éd. Les Arènes, 529 pages, 24,90 euros.

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés