fbpx

« Suivez-​moi jeune homme » : à Épinal, une expo­si­tion sur les jour­naux de mode fémi­nins, de 1850 à 1939

Jusqu’au 3 jan­vier, le Musée de l’image d’Épinal pro­pose une réjouis­sante immer­sion dans la presse à chif­fons, comme un miroir de l’évolution de la condi­tion fémi­nine. Portfolio !

affiche mode A3 2021

« Suivez-​moi jeune homme » ? C’est le nom du ruban que les femmes de la seconde moi­tié du XIXe siècle por­taient en bas des reins pour atti­rer les regards mas­cu­lins. Ce même ruban, apprend-​on au cours de l’exposition épo­nyme se tenant du 16 octobre 2020 au 3 jan­vier 2021 au Musée de l’image d’Épinal, sera par la suite por­té sur les cha­peaux de ces dames… Avant d’être trans­for­mé en ruban à mes­sages pour le droit de vote des femmes par la chi­rur­gienne esthé­tique et infa­ti­gable suf­fra­gette Suzanne Noël !

Bref, nous le savons, le vête­ment et la mode sont poli­tiques. « L’évolution des robes est le par­fait miroir de la condi­tion de celles qui les portent », appuie Christelle Rochette, direc­trice du musée et com­mis­saire de Suivez-​moi jeune homme, qui s’intéresse à la presse de mode entre 1850 et 1939. C’est en se pen­chant dans les stocks des maga­sins de son musée conte­nant plu­sieurs images d’Épinal se moquant des cri­no­lines, ces cer­ceaux de bois fai­sant bouf­fer les robes jusqu’à la déme­sure tout en entra­vant la mobi­li­té des femmes, que Christelle Rochette a eu l’idée de cette expo­si­tion : ou com­ment l’imagerie popu­laire (dont la ville d’Épinal fut grande pour­voyeuse, notam­ment grâce à l’imprimerie de Jean-​Charles Pellerin, fon­dée en 1796) s’est empa­rée de la mode fémi­nine et a lar­ge­ment contri­bué à la dif­fu­sion de modèles sus­ci­tant le désir des femmes de toute couche sociale.

Vendre le vête­ment par la réclame, le mettre en valeur grâce aux pre­mières mises en scène dans des maga­zines de mode à très grand tirage, ou encore cri­ti­quer sa fonc­tion sociale, grâce aux talents de cari­ca­tu­ristes de ses des­si­na­teurs : l’imagerie popu­laire accom­pagne l’essor de l’industrie tex­tile qui rayonne en France au moment de la révo­lu­tion indus­trielle. « Les titres de presse se mul­ti­plient durant les années rela­ti­ve­ment per­mis­sives du règne de Louis Philippe (1830−1848), décrypte Christelle Rochette. Parmi eux, de nom­breux jour­naux spé­cia­li­sés dans la mode. À l’époque, on mesure l’aisance d’un ménage au volume de tis­su de la robe de Madame. Les cos­tumes de Monsieur s’assombrissant, les robes de l’épouse deviennent en quelque sorte la vitrine de sa richesse. » Dès lors, le chif­fon – qui garde cap­tives les femmes en leur cou­pant le souffle grâce au cor­set et en les enca­geant grâce à la cri­no­line – n’a rien de super­fi­ciel.

Des revues en noir et blanc ou en cou­leurs

Avec l’apparition du prêt-​à-​porter et des grands maga­sins, le chic et le gla­mour deviennent acces­sibles au plus grand nombre. Ce qui n’empêche pas la presse fémi­nine de conti­nuer à pro­po­ser de nom­breux patrons pour réa­li­ser soi-​même ses vête­ments. « Ce sont des revues aux­quelles on s’abonne en ver­sion cou­leur si on a les moyens ou en noir et blanc pour plus d’économies, pré­cise Christelle Rochette. D’ailleurs, pen­dant très long­temps, ces jour­naux ont pri­vi­lé­gié la gra­vure à la pho­to­gra­phie, parce que le noir et blanc de la pho­to lui fai­sait perdre de son inté­rêt pour repré­sen­ter le vête­ment. »

Le Jardin des modes, La Mode illus­trée, Femina ou encore la très qua­li­ta­tive Gazette du bon ton… Ces pré­cieuses feuilles jau­nies, visibles dans Suivez-​moi jeune homme, sont les témoins des trans­for­ma­tions de leur époque et de la pro­gres­sive libé­ra­tion des corps fémi­nins. Paul Poiret, dont l’exposition pro­pose deux livres rares de des­sins, décor­sète les poi­trines et ins­taure les coupes droites et fluides, si carac­té­ris­tiques des années 1910 puis des Années folles. Enfin ! il est trou­blant de voir mar­quée, au tra­vers du par­cours de l’exposition, la rup­ture si nette entre l’habit fémi­nin conçu comme une cage jusqu’à la Belle Époque et l’habit fémi­nin libé­ra­teur des années sui­vantes. Pour autant, la sty­li­sa­tion du des­sin n’a‑t-elle pas été le péché pre­mier de l’image de mode, tra­çant, bien avant la pho­to­gra­phie qui s’en ins­pi­re­ra, des sil­houettes gra­ciles, mais irréelles ? Une réflexion à mener en visi­tant une expo défi­ni­ti­ve­ment poli­tique.

Causette vous pro­pose un port­fo­lio extrait de l’exposition, à voir au Musée de l’image d’Épinal jusqu’au 3 jan­vier 2021.

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  


Idées Cadeaux Causette

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés