116 portfolio 1 federico estol

« Shine Heroes », de Federico Estol : lumière sur les cireurs de l’ombre

Ils sont trois mille à débouler de leurs banlieues chaque matin dans les rues de La Paz, en Bolivie, à l’affût du moindre rayon de soleil. Ce sont « les héros de lumière », comme les surnomme le photographe Federico Estol. Leur mission : faire briller les souliers de cuir des ­passant·es. Ce point de vue éminemment poétique cache une ­réalité plus cruelle. Ces cireurs et cireuses de chaussures ont si mauvaise réputation qu’ils et elles portent des cagoules et des masques, pour qu’on ne puisse pas les identifier. Familles, ami·es et entourage doivent ignorer leur appartenance à cette troupe « honteuse » soupçonnée de tous les maux et de toutes les addictions. Federico Estol a souhaité rendre leur dignité à ces travailleurs et travailleuses pauvres en les mettant en scène dans un livre – photo et BD – conçu en collaboration avec soixante de ces shoe shiners durant trois ans.
L’œuvre terminée restitue la force et la vitalité de ces figures urbaines traditionnelles, qui deviennent, face à l’objectif, des superhéros du quotidien.

Shine Heroes, de Federico Estol.

Cliquez sur les images pour les agrandir

La suite est réservée aux abonné·es.

 

identifiez-vous pour lire le contenu

Ou

Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois

Partager
Articles liés
Unknown

Les mausolées numériques de la Mère Lachaise

Sur le compte Instagram @MereLachaise, la journaliste Camille Paix publie des biographies de femmes enterrées dans le cimetière parisien du Père-Lachaise et oubliées de l’Histoire. Ses dessins redonnent un visage à ces illustres inconnues.