« Mbelha » la série photo de Carmen Abd Ali ou nourrir à petit feu

mbelha
© Carmen Abd Ali

La photographe Carmen Abd Ali travaille pour des ONG en Afrique de l’Ouest. C’est en Mauritanie qu’elle a découvert la pratique du gavage des femmes, « mbelha » en hassaniya (dialecte arabe). La population maure considère depuis des temps immémoriaux l’obésité comme un critère de beauté absolu pour les femmes. C’est pourquoi, très jeunes, les filles ingurgitent des nourritures à base de bouillies, de lait de chèvre et de poudre de mil, en quantités astronomiques. Aujourd’hui, des médicaments détournés, parfois même vétérinaires, presque toujours dangereux, sont utilisés pour leurs effets secondaires spectaculaires sur les courbes féminines. Avec Le projet Mbelha, Carmen Abd Ali a voulu donner une voix aux Mauritaniennes, qu’elle a photographiées, interviewées et impliquées dans sa démarche artistique. Son travail, confie-​t-​elle, « questionne l’influence et l’impact des normes de beauté sur les femmes, leur corps et leur image », et l’absurdité de ces normes qui, où que ce soit, desservent les femmes puisqu’en Occident, à l’inverse, c’est l’obsession de la minceur qui domine. Là encore, parfois, au prix de la santé. 

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

Partager
Articles liés
115 sapeurs 9 tariq zaidi

Sapeurs : la série photo sapée comme jamais

À la ville, ils sont chauffeurs de taxi, tailleurs, jardiniers. Mais dès le service terminé, les voilà qui se transforment en dandies de grand chemin. Eux, ce sont les membres de La Sape, la fameuse Société des ambianceurs et des personnes...